Histoire d’un désir d’enfant…

La première fois que j’ai mis un pull en boule sous mon tee-shirt, j’avais 15 ans. Non que je voulais tomber enceinte à ce moment-là, mais j’étais déjà fascinée par la grossesse je crois… J’ai toujours trouvé ça beau, et j’ai toujours su que je serai mère un jour. Ça a l’air évident dit comme ça, mais nombreuses sont les femmes qui ne veulent pas d’enfant, ou qui n’en ont envie qu’une fois les conditions réunies. Je fais partie de celles qui n’envisagent pas deux secondes leur avenir sans enfant (tout en respectant profondément les choix différents bien sûr !).

Jusqu’à l’année dernière, mon désir d’enfant était plutôt un désir thérapeutique je pense. Avoir un enfant, c’est avoir quelqu’un qui nous aime, qu’on aime quoi qu’il arrive, et c’est ne plus jamais être seule. C’est une motivation comme une autre, mais pas vraiment la meilleure. Et puis une période un peu compliquée, et un nouveau départ m’ont changée… Le besoin d’amour n’est plus maladif, la peur d’être seule s’est atténuée.

Mon homme et moi avons réinventé un couple, plus harmonieux, plus juste et moins « fusion-passion », une vie à deux en adéquation avec nos personnalités et nos attentes. Et à l’occasion de cette remise à plat, la condition a été posée : le bébé, ça n’est pas une option. En clair, s’il est avec moi c’est que l’idée est acceptée, dans l’absolu. Tout ceci combiné m’a rendue plus sereine, j’ai cessé d’en parler à tout va, d’y rêver et d’attendre la maternité comme l’éclairage qui manquait à une vie pâlichonne. Je savais que cela viendrait en son temps.

D’un coup le désir d’enfant prend un autre sens : il n’est plus si utopiste, il n’est plus si évident. Je mesure le changement, les efforts, le travail de chaque jour, la difficulté que représente la maternité. Il est juste là, il est juste en moi, il n’est juste pas discutable. Le fait que la maternité me fasse peur désormais signifie-t-il que je mesure mieux la réalité et les implications d’une telle décision ? Et bizarrement c’est là que l’évidence s’est imposée : nous sommes prêts. Enfin, presque, pas tout à fait… Notre vie ne nous correspond pas, ou plus, il nous faut changer, nous construire un présent qui nous rend heureux avant d’écrire un futur…

Nouvelle vie. Ça a commencé le dernier jour de juillet, chez une amie qui nous guide depuis des années en toutes occasions. Il y avait un gros point d’interrogation dans nos vies professionnelles respectives, et, pour une fois, on était synchro sur le timing. Bref après discussion et digressions, une conclusion : nous voulions tout changer. Pas que nos boulots, notre mode de vie. Overdose de vie citadine, de nuits gris clair et de monoxyde de carbone. Ce jour-là mon homme a décidé de réaliser un vieux rêve : se lancer dans un métier manuel. Et moi j’ai pris conscience de plusieurs désirs : vivre au vert, travailler différemment et faire un enfant. Bon je le savais déjà tout ça, mais je pensais que ça attendrait, parce que j’étais à deux doigts de l’adulte raisonnable qui a un plan d’épargne retraite. Mais en fait, non merci. Et quand on a fait un bilan de la journée en marchant tranquillement sur la plage, que j’ai évoqué l’idée que peut être finalement je n’avais pas envie d’attendre deux ans avant d’être maman, j’ai entendu la réponse magique : oui. Plus exactement : on change tout, on s’en va, je me lance dans mon projet, et d’ici un an oui. Ben merde alors. Deux jours après, fin des vacances, j’ai annoncé mon départ à mon chef et le prévis de l’appart a été posté. Bam, irrévocable. Pot de départ en septembre pour moi, cession de parts pour lui à la même période, et en avant les cartons !

IMG_6306

Fin octobre, nous nous sommes installés dans un petit village médiéval, au bord d’une jolie rivière. Le changement est radical, certes la première boulangerie est à 10 km, mais quel bonheur !

Et là, forcément, dans ce cadre idyllique et calme, je suis confiante quant à la réalisation de mes projets… C’est décidé j’ai envie d’écrire. Et de faire un petit du terroir. Je viens d’aborder une gestation mentale qui devrait durer environ 9 mois…

6 réflexions sur “Histoire d’un désir d’enfant…

  1. Très bel article, ton écriture est fluide et super agréable, c’est un vrai plaisir…
    C’est un très joli chemin parcouru, tout semble prêt pour accueillir un petit être dans votre bulle de bonheur.
    Hâte de lire la suite, vraiment !

    J'aime

  2. C’est géniale ça, tout ce que je n’oserais jamais faire (pour l’instant du moins…) Ca doit être merveilleux, à présent tu es vraiment en accord avec toi même et ça c’est le meilleur dans une vie
    je crois! Et puis le petit village médiévale c’est juste idyllique c’est clair, et écrire, une belle ambition, tu es douée, tu y’arrivera 😀

    J'aime

    1. On en était arrivés à un point où on pétait tellement les plombs que nous n’avions pas le choix quelque part… tout n’est pas encore en place, mais ça viendra j’espère 😉

      Merci pour tes encouragements!

      J'aime

  3. Un magnifique texte ma belle. Je l’ai lu et j’ai ressenti ce besoin de changement, j’ai trouve votre decision tres courageuse. Il y a eu reflection et je vous sens maintenant prets a accueillir un
    petit tresor dans votre vie……..merci pour ce beau partage!

    J'aime

    1. Merci Marie! Courageux je ne sais pas… certains diraient inconscients sans doute 😉

      C’est une séparation de plusieurs mois qui a tout changé, on a remis les pendules à l’heure, on a reconstruit un couple adulte… et donc potentiellement un couple parent 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s