Où poser le berceau…

Je rentre d’un petit séjour au bord de la mer, dans une ville où j’ai vécu et où j’ai été heureuse. Vous le savez, j’habite depuis quelques mois dans un petit village paisible. Nous y sommes très bien, mais il n’empêche que la mer nous manque parfois. L’espace d’un instant, je me suis dit « et pourquoi pas ? ». Pourquoi ne pas redescendre, retourner sur la côte que nous aimons tant ?

Il se trouve que le projet d’avoir un enfant rend la réponse évidente. Le coût de la vie là-bas fait que nous devrions vivre dans un appartement, renoncer à avoir un jardin, sûrement pour longtemps. Ici nous avons de l’espace, de la verdure et du calme. Pour moi c’est ici que je dois élever mon enfant.

Cela peut paraître réducteur. Je connais beaucoup de gens qui ont grandi en ville et qui ont eu une enfance très heureuse, et je ne suis absolument pas en train de dire que c’est impossible. Je n’ai pas la prétention de savoir quel contexte convient le mieux à un enfant, comprenons-nous bien. Simplement je veux offrir à mon bébé ce que j’ai moi-même eu, voilà tout.

 pousse1Mes souvenirs d’enfance sont en demi-teinte. Pas toujours roses, pas toujours joyeux, pas toujours tranquilles. Mais il est une chose que je garde dans mon cœur, c’est ce bonheur de grandir dans la nature. J’occulte tout le reste, je ne garde que ça : le grand chêne derrière la maison, la forêt, les promenades, les champignons, le vélo dans les chemins, les empreintes d’animaux, l’odeur des pins.

Petite je m’allongeais dans l’herbe, de me roulais dans les champs de blé, je grimpais aux arbres. J’étais tout le temps dehors. Tous mes souvenirs les plus précieux sont là, dans cette nature qui m’entourait. Ce n’est pas pour rien que ma future grossesse s’est développée dans ma tête à partir du moment où nous avons posé nos cartons à la campagne.

Ici notre enfant aura le calme, la nature, mais aussi ces fêtes de village et cette ambiance chaleureuse qui m’a toujours ravie et que j’ai recherchée longtemps une fois adulte. Je lui offre là une reproduction de la meilleure partie de ma vie, en quelque sorte.

Ici il y a la rivière, et mon compagnon pourra lui offrir quant à lui la meilleure partie de sa jeunesse : les sports d’eau vive, dont il avait fait son métier au départ. Il pourra transmettre sa passion, ou du moins apprendre à son enfant à naviguer, à connaître l’eau et à la dompter.

Ici nous sommes exactement là où nous devons être pour donner la vie. Je le sens depuis que je suis arrivée. Et dans ma tête ce futur bébé s’agite, car lui aussi a compris. C’est ici qu’il naîtra, ce sera son chez lui. Il s’impatiente, je crois que ça lui plaît.

10 réflexions sur “Où poser le berceau…

  1. Là où vous êtes, là où vous vous sentez bien, là où il aura de l’amour, il sera bien. Immeuble, Maison, Mer, Jardin, Rivière… il prendra ce qu’il y aura, et il sera heureux comme ça.

    J'aime

  2. Je te comprends tout a fait……nous avons ete elevees a la ville avec ma soeur mais tous les week-end et vacances nous etions a la campagne et je crois que c’est ce qui a rendu notre enfance
    speciale. A la campagne nous etions libres, dans la jardin du matin au soir. A la ville, notre liberte etait beaucouo plus controlee, nous evoluions dans le strict cadre de notre appartement.

    C’est vrai que je me pose souvent la question et Dublin ne me semble pas le meilleur endroit pour elever nos enfants. Nous reflechissons mais la campagne ca me botte bien!

    J'aime

    1. C’est vrai qu’il y a une notion de liberté beaucoup plus grande à la campagne…

      Mais encore une fois un enfant peut être heureux partout, tant qu’il est aimé. Mais voilà, on se projette toujours un minimum…

      En ce qui te concerne, qui sait quel vent de changement va souffler? D’ici un an tu pourrais bien être tout à fait ailleurs 😉

      J'aime

  3. d’être où vous vous sentez le mieux que demander de plus pour bien élever son enfant, c’est formidable je trouve… moi aussi je suis où je voulais être
    bises Laurie 🙂

    J'aime

  4. C’est bien émouvant je trouve comme texte 🙂
    En effet je te rejoins sur l’envie d’offrir ce qu’on a eu à nos enfants…moi je lui offrirais le jardin et la maison mais en ville, petite la ville hein genre 20000 habitants c’est bien, et avec
    la campagne pas loin du tout…
    Mais c’est vrai que le fait que le déclic ce soit produit la bas à la campagne ça veut tout dire 😉

    J'aime

  5. Que de sérénité et de tendresse dans ce texte, c’est déjà tout plein d’amour pour le futur enfant…
    Moi aussi j’ai grandi à la campagne, j’aimais grimper aux arbres et jouer aux Barbies dans le jardin avec mon amie d’enfance…
    Merci d’avoir raviver ces jolis souvenirs !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s