6ème mois de grossesse

Me voilà à plus de la moitié de mon 6ème mois de grossesse. Ça me fait encore bizarre de le formuler : le 6ème mois. Déjà ! Je trouve que ça sonne tellement proche de la fin ! Chaque fois que ces mots sont prononcés, mon homme et moi avons le même air surpris et vaguement inquiet. C’est que c’est pour bientôt, le temps passe tellement vite…

Moi qui voulais faire un bilan chaque mois, j’ai laissé passer le 5ème mois sans trop écrire, puis les choses se sont bousculées. Avec le recul, j’ai du mal à y revenir, je crois qu’en fait il ne s’est rien passé de notable jusqu’à la mi-décembre.

À la fin de mon cinquième mois de grossesse, j’ai découvert le sexe du bébé, le secrétariat de l’hôpital m’a donné tous mes rendez-vous jusqu’à la fin, et la sage-femme libérale m’a donné les dates des cours de préparation à la naissance. J’ai donc commencé mon 6ème mois avec un planning chargé jusqu’à la fin mars.

Je l’ai également commencé avec cette douleur qui a commencé un mois plus tôt et était devenue tellement forte qu’elle m’a tenue au lit durant une bonne semaine, et coincée à la maison ensuite. En fait, j’ai eu trois semaines plutôt difficiles, et le moral en a pris un coup, forcément. J’ai eu peur de terminer ma grossesse dans cet état, je me suis désespérée à l’idée de ne pas pouvoir préparer la chambre du bébé comme je le voudrais, de ne pouvoir rien faire du tout. Colère, frustration, larmes, la semaine dernière était pénible. Car en plus je me suis lancée dans la liste des choses à faire et à acheter, et j’ai été prise de panique devant l’ampleur de la tâche. Rien ne serait prêt à temps, je ne servais à rien, on n’allait pas s’en sortir et de toute façon on ne lui avait même pas trouvé de prénom… Au milieu de tant de négatif, je suis allée au bout des choses : et si j’étais le même genre de mère que la mienne ? Et si je n’assurais pas ? Je me suis mise à avoir peur d’accoucher, peur qu’elle naisse, peur de tout. La totale. Les insomnies ont empiré, j’étais épuisée.

Depuis quelques jours, fort heureusement, les choses sont rentrées dans l’ordre. La douleur s’estompe de jour en jour, et je peux à nouveau sortir de chez moi et bouger normalement, même si je dois constamment faire attention à ne pas me faire mal. Le moral est revenu, les questions ont quasiment disparu. Tout va bien, à nouveau. Avec toutes ces préoccupations matérielles, je suis passée dans le concret, d’où une nouvelle prise de conscience. À croire que la grossesse comporte des paliers, des étapes à franchir dans la compréhension de ce qui se passe. À croire qu’il vaut mieux paniquer maintenant, réfléchir calmement et se rassurer pour être prêt à l’arrivée du bébé. Enfin, l’est-on vraiment totalement ?

Le miracle se poursuit, et j’ai senti ma fille grandir au fil des semaines, devenir plus forte. Les coups sont plus vifs, mon ventre se déforme carrément, nous sommes toujours aussi émerveillés. Parfois je peux distinguer sa tête et ses pieds, et elle réagit de plus en plus à ce qui l’entoure, surtout lorsqu’il s’agit de son père. Je n’arrive toujours pas à croire que le tout petit œuf d’il y a 5 mois est devenu un bébé si complexe, avec déjà des goûts et une personnalité. Je n’arrive pas à croire que cela m’arrive à moi, que c’est dans mon ventre que cette vie prend forme, que dans une dizaine de jours j’entamerai le troisième trimestre, la dernière ligne droite. Que rien ne sera jamais plus pareil. J’ai hâte !

 

6ème mois grossesse

10 commentaires sur “6ème mois de grossesse

  1. Je connais ce sentiment où l’on pense qu’on est pas du tout prête, qu’il manque tant de choses! On se sent débordée et paniquée avant même que le bébé soit là. Ce qui peut te rassurer c’est que
    finalement, même si tout n’est pas prêt, le bébé n’a pas besoin de grand chose. Je sais de quoi je parle, je me suis rendue compte après son arrivée à la maison de toutes les choses dont j’avais
    besoin, on a fait sans pendant quelques jours. On avait pas de lit… il manquait des langes, des bodys… les couches aussi, je les ai achetés en urgence le soir avant son retour (petit rappel:
    j’attendais Camille de son retour des soins intensifs!)

    Ce qui est plus stressant (mais finalement pourquoi stresser puisque qu’on va y passer!) c’est de savoir que quelque soit ta préparation mentale, tu seras débordée, fatiguée, que parfois tu ne
    sauras pas quoi faire.
    Heureusement, l’amour pour ce petit être dépasse largement tout ça.

    Nous, on passe par des crises en ce moment, Camille pleure beaucoup le soir, il est nerveux, veut sa tutu qu’il tète comme un fou en grognant! Holàlà, inconsolable… mais après la mauvaise passe,
    tout rentre dans l’ordre. faut accueillir tout ça, les pleurs, les angoisses de bébé, les colères…

    Il veut être bercé, être porté dans le sling, il veut des câlins!

    Bon courage pour ta fin de grossesse, je suis sûre que tout ira bien pour vous! Ton ventre est magnifique!

    J'aime

    1. Débordée et paniquée, c’est ça. Et d’ailleurs à cela est venu se greffer l’angoisse du « et si elle arrivait beaucoup plus tôt que prévu? », et alors là, c’est clair que je ne me sentais pas prête du tout. Et ton expérience prouve bien que finalement ce n’est pas si important, tant que bébé va bien. C’est juste le besoin de contrôler et d’organiser un minimum qui prend le dessus, ça rassure, on a presque l’impression de maîtriser la situation, même si comme tu dis si bien on va forcément se sentir dépassé!

      Une amie qui a eu 4 enfants m’a parlé recemment des ces crises d’angoisse du soir, apparemment beaucoup de bébés en ont, c’est un passage… Mais je conçois très bien que ça doit être difficile à vivre pour les parents. Ils ont tant besoin d’amour ces petits bouts!!

      Merci en tout cas pour tes encouragements, et plein de belles choses pour vous trois 😉

      Bises!

      J'aime

  2. Aaaah ce bidon, c’est siii mignon! Je radote, mais j’ai tellement hâte de revivre ça! Par contre, quand je compare à mon ventre à 6 mois, j’étais VRAIMENT grosse moi héhéhé!!!

    J'aime

    1. Tu sais quoi t’es la première à me dire ça! D’habitude on me dit que j’ai vraiment un gros ventre, et on m’a demandé plusieurs fois si c’était des jumeaux!! En tout cas je kiffe d’être grosse 😉

      J'aime

  3. Ca grandit et ca grossit dis moi……..Toutes ces interrogations je dirais que c’est normal ma belle – C’est tout de même un gros bouleversement dans la vie une naissance.
    Moi aussi je passe par ces grosses périodes de doute et d’angoisses. Mais peut-être qu’en effet c’est bénéfique, il faut mieux se poser des questions que d’avancer tête baissée.

    Plein de bises, profites de ces derniers mois et dès que tu ressens un peu de blues, parles en autour de toi.

    Je pense fort à vous 3.

    J'aime

    1. Oui, ça grossit de jour en jour! Je pense aussi que se poser des questions est préférable, peut-être un signe que l’on distingue l’ampleur du changement à venir.

      Je pense aussi fort à toi, plein de bisous 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s