Le test de dépistage du diabète gestationnel

Voilà, il fallait que cela arrive un jour : la semaine dernière j’ai fait le fameux test de dépistage du diabète gestationnel que la gynéco m’a prescrit mi-décembre. Il y a un mois j’étais clouée au lit, ce qui a eu au moins l’avantage de différer considérablement l’évènement. Puis, lorsque je suis allée mieux et que je me suis décidée, la météo annonçait de la neige, et mon mari m’a déconseillé d’y aller, au risque de me retrouver bloquée ensuite. Et je suis une femme obéissante, voyez-vous… Bref, ce n’est pas faute de l’avoir repoussé au maximum, mais je me suis retrouvée à court d’excuses à un moment donné.

J’ai donc pris mon courage et un bon bouquin à deux mains, et je suis bravement allé affronter la bouteille de glucose. J’avais pris soin de choisir un grand laboratoire, et de téléphoner avant pour m’assurer que je ne passerai pas deux heures dans la salle d’attente. Puisqu’il est interdit de quitter les lieux dans l’intervalle, autant être relativement bien installée !

Première prise de sang, à jeun, et une légère crainte en regardant la petite bouteille remplie d’un liquide orange. J’en ai tellement lu sur ce glucose que j’avais vraiment peur de ne pas arriver à l’absorber (oui, c’est VOTRE faute !). Du coup, lorsque j’ai commencé à le boire, j’ai été surprise et soulagée : ce n’était que ça ! En fait ça ressemble à un sirop contre la toux, goût orange, qui a le mérite de sortir du frigo en plus. Et c’est de ça dont vous faites toute une histoire, bande de chochottes ? J’ai eu une pensée ironique pour chacune d’entre vous, petites joueuses. Puis je suis arrivée au dernier tiers de la bouteille, et j’ai ravalé ma poussée d’orgueil en même temps que mon vomi (non, je déconne, j’avais juste envie d’écrire ça, c’est tellement classe !). En fait, sur la fin c’est difficile, et après ingestion une légère nausée a persisté longtemps… Rien d’insurmontable, mais en effet c’est dégueu.

La laborantine m’a laissée dans la salle, non sans avoir au préalable réglé le fauteuil en position semi couchée et m’avoir apporté une couverture toute douce. J’ai commencé à lire, essayant de passer outre cet écœurement persistant, puis le manque de sommeil m’a sauvée. Car cette nuit-là faisait partie de celles où je dors deux ou trois heures maxi, mes préférées. Avant de sombrer dans le sommeil, j’ai eu le réflexe de mettre mon manteau sous ma tête à la place de la couverture, au cas où je bave (j’ai eu une pensée pour la maman de Mon Blog de Bébé), et de faire une courte prière pour ne pas ronfler comme la princesse que je suis.

Une heure plus tard, réveil en sursaut avec le retour de ma geôlière, qui m’a de nouveau torturée avec son aiguille et son manque de douceur notoire (depuis, j’ai l’intérieur du coude bleu jusqu’au milieu de l’avant-bras). J’ai entendu ses collègues lui dire dans le couloir « Elle dort carrément, la dame ? Remarque au moins elle ne s’ennuie pas ! ». Bande de jalouses, parlez moins fort, merde ! Retour au noir. Encore une heure, et une autre femme est venue me tirer de mes rêves en souriant devant mes cheveux en bataille et la grosse marque sur ma joue. Dernière piqure, et me voilà libérée, enfin.

J’avais une dalle intersidérale, et j’étais trop mal pour attendre avant de manger. J’ai donc eu le raisonnement suivant : les résultats du lendemain allaient peut-être me condamner à un régime alimentaire d’ascète, alors autant exaucer mes dernières volontés diabétiques. Un M jaune m’a ouvert les bras, et 18 minutes plus tard j’étais chez moi en train de me taper deux Big Mac. God bless America.

6 réflexions sur “Le test de dépistage du diabète gestationnel

    1. Merci ma belle, c’est gentil!!

      Evidemment que les résultats sont bons, sinon je serai en dépression profonde à l’heure qu’il est, vu les envies de coca que je me paye!!

      J'aime

  1. Pour ma part, même réaction, en buvant jme suis dit « c’est vraiment des chochottes les autres » haha. Par contre, envie de vomir et des nausées toute l’aprem, et même les jours d’après (comme un
    lendemain de réveillon tous les jours quoi)…!

    J'aime

    1. Ah oui quand même! Je m’en suis bien sortie, à mon réveil les nausées avaient disparues… mais quand même ça nous apprendra à se croire plus fortes que les autres!! 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s