Second trimestre de grossesse – le bilan

Le temps passe si vite… Voilà déjà 3 semaines que je suis entrée dans le troisième trimestre de ma grossesse. Il est donc temps de faire un petit bilan du second trimestre.  Il m’a été très difficile de l’écrire, car j’ai un million de choses à dire sur ces trois mois, tout se bouscule et rien ne s’arrange correctement. Essayons tout de même de faire un tour d’horizon !

J’ai terminé le premier trimestre avec un petit ventre déjà rond. Je réalisais à peine que j’étais enceinte, je ne sentais pas mon bébé. Je n’avais aucune idée de ce qu’il faudrait faire, préparer, des rendez-vous à prendre, tout cela était vague. Nous venions à peine de l’annoncer à notre entourage, après avoir découvert que le petit haricot du début s’était transformé en vrai petit bébé bondissant. Au cours du second trimestre, beaucoup de choses ont changé. Si je devais résumer ces trois mois, je dirais que c’est le trimestre de la concrétisation.

Côté corps, j’ai rapidement dû passer aux vêtements de grossesse. Mon ventre a tellement grossi qu’au 5ème mois tout le monde pensait que j’attendais des jumeaux. Le recentrage du bébé en séance d’haptonomie a stabilisé un peu tout ça, mais je l’aimais mon ventre énorme, et je ne m’en suis pas encore lassée ! J’ai pris beaucoup plus de poids, puisque j’ai terminé le 6ème mois avec 16 kilos de plus au compteur. Bref, mon corps est devenu celui d’une femme enceinte, pour de bon. Et, parfois, avec quelques désagréments… Les douleurs ligamentaires ont fait leur apparition, et ont fini par me tenir alitée. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre en quelques semaines, mais j’ai eu le temps de déprimer à l’idée de rester couchée jusqu’à l’accouchement.

La fatigue du début dissipée, la grossesse devenue officielle, je me suis lancée dans le concret pour préparer l’arrivée du bébé. Dès le début du second trimestre je me suis documentée à droite et à gauche, j’ai comparé, fouillé, tenté de comprendre… Les préoccupations sont devenues plus matérielles. Le choix de la poussette, de la préparation à la naissance, un début de liste de choses à acheter… Mon vocabulaire s’est considérablement élargi dans le domaine de la puériculture. Puis, la liste s’étoffe, les premiers achats sont faits, non sans émotion, et finalement au terme de ces trois mois on mesure le chemin parcouru. Oui, finalement c’est faisable, même s’il y a trois mois on n’y comprenait rien. Quelque part tout cela m’a redonné confiance, car j’ai toujours regardé ces femmes enceintes qui ont l’air de savoir de quoi elles parlent avec admiration. Que de certitudes ! me semblait-il. Et puis je me suis rendue compte que moi aussi j’arrivais à maîtriser la situation, à faire des choix, à anticiper les aspects pratiques qui me semblaient totalement obscurs.

Côté humeur, les choses se sont améliorées. Plus de montagnes russes, encore quelques fous rire puis retour à la normale, ou quasiment. Je me suis sentie moins à fleur de peau, plus sereine. Je me suis fixé de nombreux objectifs à atteindre avant la fin de l’année : le plus gros de l’aménagement de la maison devait être fait tant que j’étais en forme. Et puis, le temps passe vite,surtout que l’Homme a eu pas mal de boulot, et nous n’avons commencé à bouger les meubles qu’en janvier, et encore… Il m’est arrivé d’avoir quelques crises de panique : nous n’avions pas trouvé de prénom, rien ne serait prêt à temps, je n’allais pas y arriver… Oui, parfois un ensemble de peurs me tombaient dessus et me laissaient paralysée. Heureusement ce sont de petits nuages qui ne font que passer, et le ciel redevient vite limpide.

Mais le plus marquant est sans doute la plus belle des concrétisations : les premiers coups de bébé. Je n’ai pas osé y croire tout de suite car cela me semblait très tôt, et à trois mois et demi de grossesse le doute n’était plus permis : je sentais mon bébé bouger. À partir de là, sa présence devient plus réelle. On n’est plus tout à fait deux, on le caresse et lui parle, et ses réactions se font plus nettes au fil des jours. J’ai pu mesurer la vitesse à laquelle il évoluait, et cela m’impressionne encore. C’est émouvant, et rassurant aussi, plus besoin d’attendre la visite mensuelle pour savoir si tout va bien. Et petit à petit on se sent un peu devenir des parents… on cherche à protéger cette vie, ce petit être qui communique avec nous et nous rappelle constamment qu’il est là.

C’est aussi au cours du second trimestre que le mystère est levé : bébé est devenu Elle. Notre fille. C’est encore plus concret. De là découlent les premiers achats, les discussions sur le prénom prennent un sens nouveau. On sait, on l’imagine déjà un peu, on annonce la nouvelle le sourire aux lèvres… Et elle est là, elle donne des coups, elle manifeste des préférences, elle nous montre un peu de sa personnalité déjà.

La seule chose qui reste la même finalement, c’est la surprise et l’émerveillement permanent. Au premier trimestre, je répétais sans cesse : « Je suis enceinte ! Tu te rends compte ? ENCEINTE ! », puis le fait de sentir le bébé, de voir mon ventre s’arrondir et finalement d’apprendre qu’il s’agissait d’une fille m’ont fait intégrer pleinement cette idée. La suite fut «  On va avoir un bébé ! Tu te rends compte ? UN BEBE ! ». Cela reste incroyable et magique.

Je pourrais dire la même chose que pour le bilan du premier trimestre : trois mois, c’est très court et très long à la fois. Ce ne sont que trois petits mois durant lesquels les choses ont peu changé en apparence, mais nous avons évolué tous les trois, considérablement. Nous sommes un peu plus parents, nous sommes un peu plus une famille, nous sommes un peu plus préparés à cette naissance. Mais nous sommes toujours un peu inquiets, toujours un peu perdus face au changement qu’on commence à peine à entrevoir, toujours un peu surpris de constater que cela nous arrive à nous. Durant ces trois mois, elle nous a fait sentir sa présence, elle nous a émerveillés, elle nous a jeté un sort dont on ne se défera jamais, elle a commencé à changer notre vie. Tout est devenu plus concret, et pourtant il reste difficile de se visualiser au quotidien avec un bébé. Finalement, ce qu’on en retient de ces trois mois, c’est qu’il est impossible d’imaginer ce que l’on s’apprête à vivre. Mais que pour rien au monde on ne changerait ça.

 

blog Un Carnet Rose


Article publié sur SBG

10 commentaires sur “Second trimestre de grossesse – le bilan

  1. C’est trop beau et tout à fait ce que je ressens aussi !! Cela passe à la fois vite et si lentement, parfois on se retourne et on se dit purée j’ai appris en septembre que j’étais enceinte et ça
    parait looooooin 🙂

    J'aime

  2. Comme quoi, 9 mois c’est long mais c’est aussi nécessaire pour ce rendre compte du changement qui a lieu en nous, de se préparer à son arrivée, et de prendre conscience que la vie sera tout
    autre… 🙂

    J'aime

  3. J’adore toujours autant lire tes jolies impressions….. le problème c’est que ça me donne envie de me replonger dedans… J’ai tellement envie de donner un petit frère ou une petite soeur à ma
    Loulou… enfin pour le moment on attend déjà de savoir où on sera géographiquement dans le monde d’ici 2 mois.. le reste doit encore attendre ! bonne continuation !! gros bisous !

    J'aime

  4. De l’extérieur, on ne retient que la belle aventure que tu… que VOUS traversez, mais c’est vrai qu’on oublie les moments d’interrogations, de doutes et de remises en question. Comme le dit très
    bien MlleOr, 9 mois c’est finalement ce qu’il faut pour se rendre compte qu’après, votre vie ne sera plus jamais la même, d’en prendre la mesure et de s’y préparer…

    J'aime

    1. Disons que le beau prédomine, donc je parle moins des petits tracas et des questionnements, mais ils sont bien là, et c’est bien car ils permettent de se préparer. C’est vrai que 9 mois c’est aussi le temps de gestation des futurs parents!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s