Visite du 7ème mois, une petite menace de prématurité…

Hier a marqué le début du suivi de ma grossesse à l’hôpital, obligatoire à partir du 7ème mois. Ce n’est donc pas ma gynéco libérale qui a assuré le suivi mensuel, mais une sage-femme de la maternité. J’avais peur d’avoir affaire à la même que lors de l’entretien précoce, qui s’était plutôt mal passé, aussi mon soulagement a été grand en découvrant cette femme joviale, très à l’écoute, qui m’a mise à l’aise. Et cela commençait d’autant mieux qu’elle m’a fait écouter le cœur du bébé, que je n’avais encore jamais entendu ! Oui, lors de la première échographie mon petit cabri bougeait trop pour qu’on arrive à se caler sur son cœur, et lors de la seconde je crois que le médecin n’a même pas songé à nous faire écouter… Bref, j’ai découvert ce bruit étrange, ce battement fort et rapide, un son que j’aurais pu écouter pendant des heures. Un rythme parfait, ma fille est en pleine forme.

J’ai parlé à la sage-femme d’une vive douleur à l’avant du bassin qui a fait son apparition il y a quelques jours, en sachant ce qu’elle allait me dire : c’est la symphyse (le devant du bassin) qui s’écarte en prévision de la naissance. En fait j’ai découvert que les douleurs de décembre et celles-ci sont toutes le fait du syndrome de Lacomme, en gros une inflammation des ligaments du bassin. Rien de grave, mais pas grand-chose à faire pour soulager.

Puis vint le moment de l’examen. J’ai regardé la sage-femme, je savais ce qu’elle allait me dire, et je l’ai vue faire une drôle de tête et s’assurer qu’elle ne se trompait pas. Ce coup-là, je l’ai vu venir quelques jours avant… Je trouve votre col un peu court… a-t-elle dit. Oui, mon col a commencé à bouger sous la pression de la tête de bébé. Elle m’a interrogée sur d’éventuelles contractions, mais il est difficile d’être catégorique : parfois j’en ai de douloureuses, mais très peu, d’autres fois mon ventre se durci sans que cela fasse
mal, et c’est plus courant. Comme j’avais rendez-vous le lendemain pour l’échographie du 3ème trimestre, elle a demandé à ce que le gynéco fasse une échographie du col pour le mesurer plus précisément. En attendant, elle m’a préconisé le repos, car si elle ne se trompait pas cela pouvait être une menace d’arrivée prématurée du bébé.

Je suis sortie sereine, j’ai appelé mon mari pour lui raconter, et il a semblé plus inquiet que moi sur le moment. C’est que je n’étais pas surprise, j’avais senti une pesanteur plus grande, presque une gêne, et depuis quelques jours je limitais de moi-même mes mouvements. Mais pas de quoi s’inquiéter, ma fille est un gros bébé, alors elle pèse un peu, voilà tout, me suis-je dit.

J’avais pris un rendez-vous avec une sage-femme acupunctrice dans la foulée, en espérant qu’elle pourrait un peu calmer ces ligaments capricieux. Bon, j’aurais du mal à vous parler de l’acupuncture en elle-même, vu que c’était une première pour moi… Mais lorsqu’elle m’a laissée dans la pénombre avec les aiguilles une boule s’est formée dans ma poitrine. Est-ce le travail des points sensés détendre ? Sur le moment je n’y ai pas vraiment réfléchi. La séance terminée, elle m’a proposé un rendez-vous pour la semaine suivante, arguant que l’acupuncture pouvait également réduire les contractions, car je lui avais raconté le rendez-vous précédent. Mais elle s’est alors lancée dans un discours plutôt déstabilisant, me disant que si jamais j’étais hospitalisée elle annulerait le rendez-vous, mais qu’il serait bien de tenir encore au moins trois semaines. Puis elle a noté MAP sur sa fiche (j’apprendrais le soir que cela signifie menace d’accouchement prématuré). Et là, j’ai commencé à vaciller un peu. Hospitalisée d’ici lundi prochain ? Non, elle débloque…

Ce n’est qu’en rentrant chez moi, et en racontant plus en détails la matinée à mon homme que j’ai reçu le choc qui était resté en suspens depuis le froncement de sourcils de la sage-femme à l’examen. Lorsque je lui ai répété la phrase « il faut tenir encore 3 semaines », les digues ont rompu et les larmes ont coulé. Je venais brusquement de réaliser les conséquences de tout ceci. Oui, je sentais que le bébé appuyait plus fort, oui je savais pertinemment que mon col aurait bougé un peu, mais je n’ai pas compris avant ce moment-là que cela signifiait peut-être que ma fille menaçait d’arriver. Alors qu’il reste deux mois avant le terme…

Je vous passe la vingtaine d’heures qui se sont écoulées entre ces rendez-vous et l’échographie de ce matin, même si j’y reviendrai sans doute, dans la mesure où il me faudra écrire pour exorciser tout ça. Au point du jour néanmoins tout semble plus facile, rien n’est aussi désespéré qu’à la faveur de l’obscurité. La nuit, tout est tellement plus noir… Nous sommes partis presque sereins pour cette écho, qui allait confirmer ou non les soupçons de la sage-femme.

Deux heures après l’heure dite, c’était notre tour, et je maudissais cette station assise peu recommandée. Le gynéco a commencé par la mesure du col, et en effet il est apparu que celui-ci s’est un peu raccourci. Il a été très clair : vous êtes à 29-31 millimètres, à 26 je vous aurais hospitalisée d’office. En clair, je suis à cinq millimètres maxi de la menace d’accouchement prématuré. Difficile de savoir s’il y a lieu de s’inquiéter, puisqu’il m’a expliqué que je pouvais très bien arriver à terme, voire même le dépasser, avec un bébé qui appuie et un col court. Mais il ne faut pas que ça bouge encore par contre. Conclusion : repos, repos, repos. Pas nécessairement strict, mais je dois me ménager au maximum.

Je vois mal comment en faire moins, puisque depuis quelques temps déjà mon homme se charge du plus gros du ménage et m’accompagne pour les courses, que je fais la sieste et que je ne soulève plus ne serait-ce qu’un pack d’eau. A ce stade, en faire moins signifie faire corps avec le canapé une bonne dizaine d’heures par jour. Bien entendu, je ferai tout pour éviter à ma fille d’arriver trop tôt. Ce qui m’inquiète c’est que je me reposais déjà pas mal, et visiblement cela n’a pas empêché la modification du col… Bref, je revois la sage-femme la semaine prochaine, et si rien n’a bougé d’ici là on pourra se détendre. Sinon… je préfère ne pas trop y penser.

Heureusement, il y eut ensuite l’échographie à proprement parler, mais cela mérite un article à part entière, et il sera nettement plus gai.

keep-calm-and-baby-on

20 réflexions sur “Visite du 7ème mois, une petite menace de prématurité…

  1. oh mince…je comprends le choc…mes deux bébés ont menacés d’arriver très tôt (j’étais arrêté complètement pour ma première à 3 mois de grossesse, et ma deuxième à 4 mois) et ils sont finalements
    nés à terme et en pleine forme!! Repose toi (cela veux dire une position qui n’appuies pas sur ton col, donc pas assise, ni semi assise) mais réellement allongée qqs heures dans la journée, et fais
    toi cocooner…
    Des bisous

    J'aime

    1. 3 et 4 mois ça fait vraiment tôt, ça n’a pas dû être facile du tout!! Comme quoi le repos ça peut marcher alors 😉

      Pour la position semi assise, une sage-femme m’a dit ok, l’autre non… les avis sont mitigés du coup je ne sais pas trop quoi faire… Le médecin m’a dit de ne pas psychoter pour le moment, donc je pense que je quelques heures allongée comme tu dis ça doit être pas mal… Pas facile, j’ai peur d’en faire trop, ou pas assez!!

      Merci en tout cas 😉 Bisous!

      J'aime

  2. Rho zut!
    Je comprends ton inquiétude.
    Lors de l’echo du 3e trimestre j’ai été hospitalisée pour MAP jusqu’à 34s. Mon col était ouvert à 3cm. Ensuite, je suis rentrée chez moi avec consigne le repos strict jusqu’à 37 semaines. C’était
    contraignant et frustrant mais ça paye. Je suis dans la 38e et finalement numerobis est toujours au chaud.
    Je te souhaite une fin de grossesse sereine!

    J'aime

    1. L’hospitalisation ça n’a pas du être facile pour le moral ça… J’espère ne pas en arriver là, je préfère être esclave de mon lit tant qu’à faire!

      Tu dois être soulagée d’être arrivée jusque là, j’espère que tu vas le garder encore un peu au chaud 😉 Merci en tout cas!

      J'aime

  3. Je t’envoie plein de courage pour gérer tout ça !! Et surtout ne t’inquiètes pas trop (facile à dire, j’en conviens)… Repose toi et prends soin de vous deux !!! Gros bisous !!!

    J'aime

  4. J’ose à peine imaginer ton angoisse ! J’espère que tu apprendras une bonne nouvelle à ta prochaine visite !
    D’ici-là, je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais repose-toi bien et essaie de faire le vide (pas le ménage, hein !!! ;))
    Bisous !

    J'aime

    1. J’espère aussi, si ça n’a pas bougé je pourrais me détendre un peu, même si je devrai quand même faire attention. J’écris, ça fait passer le temps, et au moins je me décharge de mes angoisses 😉

      Bisous!

      J'aime

  5. Quel stress ! Ne panique pas, et repose-toi bien, vraiment. C’est important. Et puis tu sais qu’il ne faut tenir « que » 3 semaines ! A partir de 8 mois, ce n’est absolument pas grave que bébé
    débarque !!! Bon courage !

    J'aime

    1. Je panique beaucoup moins depuis que j’ai parlé au gynéco, c’est la seconde sage-femme qui m’a vraiment fait angoisser… Je me repose à fond jusqu’à mardi prochain, et on verra. Par contre c’est plutôt 4 ou 5 semaines qu’il me faut tenir encore, donc j’espère vraiment que ça n’aura pas bougé d’ici là!

      Merci pour tes encouragements 😉 Bises

      J'aime

  6. Allé courage !
    C’est vrai que l’idéal serait d’aller jusqu’au bout.
    Mais malgré un repos des plus strict ton bébé peut décider de venir au monde avant, voire trop tôt.
    Alors repose toi, fait en sorte qu’il reste bien au chaud, après arrivera ce qu’arrivera !
    Au « pire » ton bébé fera un peu de néonat.
    Ma copine a accouché pile un mois avant.
    Même tableau que toi, tout pareil. Repos forcé un mois avant l’arrivée de la petite qui se porte à merveille.

    Courage !!!

    J'aime

    1. Disons que dans une dizaines de jours je rentre dans la « prématurité moyenne », moins inquiétante sur le plan médical… mais purée de mon point de vue à moi ça serait la panique totale! J’ai beau savoir qu’elle peut aller très bien, comme tu dis l’idéal c’est qu’elle aille au bout des neuf mois. Je fais tout ce qu’il faut, et on verra bien comme tu dis!

      Merci en tout cas! 😉

      J'aime

  7. Oh je débarque! Ma pauvre bichette, je comprends que tu aies angoissé d’un coup… Difficile de faire le juste milieu entre trop en faire et bouger quand meme un minimum… mais écoute toi, et
    écoute ton corps, je pense que ça suffira à te donner une idée! Et petit message à ta pépétte: tu restes encore bien au chaud avec maman, non mais oh!! 😉

    Gros bisous!

    J'aime

    1. Je lui ai expliqué à la puce 😉 Difficile aussi de faire la part entre des données médicales rassurantes et la peur de ne pas arriver au bout de la grossesse… mais si je m’écoute j’ai plutôt confiance en elle, elle sait bien que le moment n’est pas encore venu. Ça m’apprendra à lui dire que j’ai hâte de la voir!!!

      Bisous!

      J'aime

  8. Oh moi j’arrive après la bataille et je découvre tout ça…
    Ma petite Laurie je comprends votre angoisse, c’est bien normal.
    J’espère que tout va aller bien et que ton col va rester bien sagement où il est pour que ta bichette puisse être au chaud le plus longtemps possible.
    Repose-toi, prends soin de toi… Courage !!
    Bisous

    J'aime

    1. Verdict mardi prochain, on croise les doigts pour que le col n’ait pas bougé… Avec tout ça je n’ai pas pris le temps d’écrire un mail à M, mais je pense à elle 😉

      Merci ma belle, plein de bisous 😉

      J'aime

  9. Comme je te comprend!!! Ton article m’a fait monté les larmes aux yeux car il y a exactement 1 an j’était à ta place.
    Surtout repose toi et ne te fait pas de soucis. S’il y avait eu quelque chose de vraiment grave ils t’auraient gardé. Profite-en pour te faire chouchouter.
    Et garde bien à l’esprit que ça n’est pas de ta faute (on ne le dit pas assez souvent). La poulette est née à 37sa et tout allait parfaitement bien.
    Bon courage!!!!

    J'aime

    1. C’est sûr que le médecin n’a pas eu l’air affolé, et que s’il m’a laissée repartir chez moi c’est que ça va. D’ailleurs je suis plus rassurée qu’avant de le voir!

      Toi on t’a mis au repose à combien de semaines? Merci pour ce message 😉

      J'aime

  10. Il m’ont mis au repos à 26 semaines, puis hospitalisé à 30 sa. Ils m’ont gardé une semaine et après interdiction de me lever et sous médicaments.
    J’ai accouché 3 jours après l’arrêt du traitement.
    Ils ne prennent pas de risque!!! Par contre n’hésite pas à retourner les voir si tu sens que tu as encore trop de contractions. Moi j’ai pas osé et j’aurai du…

    J'aime

    1. Ah oui ça a commencé tôt pour toi… ça a dû être long jusqu’à 37sa!

      Pour l’instant je n’ai pas de contractions, encore que ce soit difficile à dire car elles sont souvent indolores. Mais de ce côté-là ça va, pourvu que ça dure 😉

      Merci d’avoir partagé ton expérience 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s