Une Mère en Questions #03 : Maman Mymou

C’est aujourd’hui le troisième rendez-vous de cette rubrique, et je suis heureuse car ce sont vos réactions qui conditionnaient la poursuite de cette idée, et que visiblement vous l’appréciez ! Quant à moi, je suis ravie de découvrir vos témoignages, chacun est unique et précieux, et j’espère en recueillir encore des centaines !

Cette semaine je vous présente Maman Mymou, quoi que beaucoup d’entre vous la connaissent. Son blog est écrit à quatre mains, puisque c’est son fils TJ qui parle, et laisse la parole à sa maman régulièrement. C’est assez génial d’avoir les deux points de vue, c’est frais et amusant, c’est franchement sympathique. Bref, on se prend vite d’amour pour cette jolie famille, et pour cette jolie maman !

 

 Maman Mymou du blog Je veux une Tite Sœur Fille

maman Mymou

 

Qui es-tu maman Mymou ? 

Je suis maman Mymou, 31 ans, mariée à Papa Gégou,  et nous avons 2 enfants : un garçon de 3 ans et demi, TJ, et sa petite sœur qui a 6 semaines.

Quelle est l’histoire de tes grossesses ?

Mes 2 grossesses ont été planifiées.

Pour TJ, nous avons essayé 6/7 mois mais c’est normal pour un premier (et puis j’avais pris une pilule fortement dosée pendant des années). Petite sœur par contre est arrivée à C2, elle nous a presque pris par surprise !

Le désir d’enfants, papa Gégou et moi nous l’avions depuis aussi longtemps que nous sommes un couple. De mon côté, j’ai toujours su que je voulais être maman, déjà à l’adolescence. Je suis l’ainée de 2 petites sœurs dont la dernière a 8 ans d’écart avec moi et j’ai été babysitter des mêmes bébés pendant plusieurs années : j’ai toujours eu ce désir en moi de materner, je pense.

Après l’accouchement de TJ, je ne pensais pas pouvoir revivre ça une seconde fois, j’ai eu une fin de grossesse difficile et un accouchement très long et douloureux. J’ai fait un gros baby blues : il a fallu que je retrouve mon corps, que nous changions de pays, pour que petit à petit le désir d’un 2ème se fasse plus grand que la peur de souffrir à nouveau. Et puis TJ voulait « une ‘tite sœur fille » !

Comment s’est passée la découverte de tes grossesses ?

Pour TJ : j’ai attendu 2 semaines de retard avant de faire le test. J’ai fait pipi sur le bâton, très tôt, le matin du réveillon du jour de l’an 2009. On était chez mes parents, tout le monde dormait encore. J’avais déjà fait le test plusieurs fois et attendu 3 minutes interminables à chaque fois… Mais là, j’ai à peine posé le bâton par terre que tout de suite est apparu « enceinte 3+ » (merci clearblue et son test pour les blondes qui te dis en plus que ca fait déjà plus de 3 semaines!).

 Mon cœur a commencé à battre très fort dans ma poitrine, une chaleur m’a envahie et surtout une grande excitation. J’ai gardé mon calme, je suis retournée dans la chambre et là j’ai chuchoté à l’oreille de papa Gégou « j’ai fait pipi sur un bâton et il a dit « enceinte 3+ ». Il m’a fait répéter ça une 2ème fois puis m’a prise dans ses bras, il était très heureux. Mon père était levé, donc je suis allé voir ma mère dans son lit et je lui ai dit la même chose « j’ai fait pipi sur un bâton et il a dit « enceinte 3+ », re-câlin, re-joie, et ainsi de suite… 

Pour petite sœur : j’ai seulement attendu 1 semaine de retard je crois. J’en étais presque sûre. J’ai fait pipi sur le bâton en plein milieu de l’après-midi après avoir bu des tonnes d’eau (je ne pouvais pas attendre le lendemain matin). TJ était avec moi, il regardait la télé. J’étais persuadée d’avoir foiré le test alors je l’ai posé sur le rebord du lavabo, fermé la porte de la salle de bain puis j’ai pris TJ dans mes bras. Là, papa Gégou est arrivé du boulot et je lui ai dit que j’avais sûrement raté le test. Je suis rentrée dans la salle de bain en tenant TJ très fort dans mes bras puis j’ai regardé et là je ne pouvais pas y croire : 2 petite barres !! J’ai crié de joie, Papa Gégou a accouru, il a crié de joie, TJ a crié de joie sans trop savoir pourquoi, on a fait un gros câlins tous les 3. Puis on a dit à TJ que « ça y est la petite sœur elle est dans le bidou » (sans savoir si c’était une fille, LOL)

Quels sont les meilleurs souvenirs que tu gardes de tes grossesses ?

La meilleure chose au monde, de loin, c’est de sentir un petit être bouger à l’intérieur de soi : c’est magique !

Et puis tous ces moments partagés avec papa Gégou et avec TJ pour le préparer à devenir un grand frère, répondre à ses questions, lui parler de sa petite sœur dans le bidou.

Et les moins bons ? 

La sciatique qui lance… souvent !

Pour ma 1ère grossesse, j’ai fait de l’hypertension et des œdèmes, et un prurit géant : c’était pas cool…

Pour ma 2ème grossesse : les fortes nausées du début, une carence en fer qui m’a laissée sur les rotules, vulnérable aux microbes si bien que j’ai attrapé une bronchite.

Comment as-tu évolué au fil des mois ? 

Mes 2 grossesses ont été différentes.

Pour la 1ère, j’étais curieuse de tout, je regardais le développement du bébé, je lisais sur ce qui allait se passer à chaque étape. J’avais la crainte de l’accouchement car c’était inconnu et j’avais peur d’avoir mal…

Pour la 2ème, je savais plus de choses et donc je regardais moins toutes les étapes…  J’angoissais moins car je me suis mieux préparée à l’accouchement : yoga, traitement homéopathique. J’étais plus sereine mais aussi plus fatiguée car il y avait le grand frère à s’occuper.

Enceinte, je n’ai jamais essayé de me projeter, me voir avec bébé dans les bras, en fait je n’essayais pas d’imaginer, je savais que ça allait arriver et que je verrais bien comment ça se passe au moment ou bébé serait enfin là.

Parle-nous de la rencontre avec tes bébés !

J’ai accouché de TJ en Angleterre à  40SA + 11 jours et j’ai été déclenchée, pour cause de risque de pré-éclampsie. J’ai vécu 30h de travail dont
12h de contractions horriblement douloureuses, longues et tellement rapprochées qu’il m’était impossible de parler, manger ou marcher. Je n’arrivais pas à trouver une position qui me soulageait, je n’étais pas du tout préparée à cette épreuve. J’ai eu la péridurale seulement au bout de 26h de travail. Après 1h de poussée, bébé ne descendait pas aussi bien que la sage-femme voulait et (je l’ai appris plus tard) son cœur
ralentissait, le gynéco a donc du me faire une épisiotomie pour m’aider à sortir bébé avec les forceps.

Quand TJ est né, on l’a mis sur mon ventre et là je me suis rendu compte ! J’avais oublié pendant cette journée de souffrance, que je faisais tout ça pour que mon bébé naisse. C’était la délivrance, les larmes me montaient aux yeux, mon chéri avait les yeux rouges, sa main sur notre bébé. La pédiatre a du prendre bébé quelques instants pour l’essuyer de partout et vérifier qu’il n’avait pas d’infection. Quand le gynéco et la pédiatre ont fini leur travail, ils nous ont laissés tous les deux avec bébé. Pendant 1h, on a fait la connaissance de ce petit être, il était calme, il a vite cherché mon sein et j’ai essayé de l’allaiter quelques instants. J’ai pensé « quelle sensation bizarre mais intense ».

Comme ça j’étais devenue maman.

J’ai accouché de petite sœur en Espagne à 40SA + 6 jours. Nous sommes allés à la maternité car j’avais des contractions toutes les 10 min et je pensais avoir fissuré la poche des eaux, ce qui s’est avéré juste. Comme le travail n’avançait pas, nous sommes repartis dormir à la maison. Puis le lendemain, je me suis réveillée trempée et nous somme repartis car le liquide était vert. Il fallait donc m’aide à activer le travail. Le travail actif a duré moins de 4h, j’ai dilaté de 1cm à 10cm en 3 heures chrono avec l’aide d’une perf d’ocytocine.   J’ai super bien géré, j’étais fière de moi (surtout après le fiasco de 1er accouchement), je me rappelais tous les mouvements de relaxation et la respiration des cours de yoga.  Au bon moment, l’anesthésiste est arrivé pour me faire la péridurale. Une fois posée, le sage-femme a vérifié mes constantes, tamisé les lumières, et mis un CD de musique pour m’aider à me relaxer. J’étais sereine.

Après 2-3 contractions, j’avais comme envie de pousser, mais c’était encore tôt… Après examen, j’étais à 10 cm !!!! Personne n’y croyait ! Le sage-femme dit alors à papa Gégou de venir de son côté. Il me dit « Mymou on voit les cheveux, elle a des cheveux comme TJ ! ». C’était le moment de pousser. Au bout de 4 contractions (environ) elle arrivait enfin… On attendait la prochaine contraction et c’était un peu douloureux car je sentais la tête de petite sœur qui était là. J’essayais de me concentrer sur autre chose et juste avant que la contraction arrive, je me rends alors compte que le CD de musique est toujours là, en fond.

J’ai poussé une dernière fois, arrêté, soufflé… et là j’ai senti petite sœur qui sortait enfin… Le CD jouait « Imagine all the people » de John Lennon, c’était magique, j’étais toute émue… On me déposa petite sœur sur le ventre, elle était tellement petite, je n’y croyais pas. Je la tenais dans mes bras, elle était enfin là, ma petite princesse, une petite sœur pour TJ. Cette fois-là, Papa Gégou a enfin pu couper le cordon. En peau à peau, elle avait les yeux ouverts et m’observait. Je lui offre mon néné, elle va téter pendant plus de 20 minutes, une championne !

Je demande alors à papa Gégou de prendre mon portable et d’envoyer un texto à notre amie qui garde TJ : « dile a TJ que su hermanita ha nacido » – « Dis à TJ que sa petite sœur est née »

Je l’imaginais tout fier et excité, enfin grand-frère pour de vrai.

Comme ça nous étions une famille.

Et aujourd’hui ?

On essaye encore de s’ajuster à la vie à 4. C’est sportif !

Petite sœur est très calme et souple, elle s’adapte, pleure très peu, dort bien. Un vrai petit ange.

TJ adore sa sœur et veut aider pour tout, mais un peu trop. Il fait aussi beaucoup de bêtises pour attirer notre attention. Mais on sait que c’est normal et on essaye d’être patients même si ce n’est pas facile tous les jours…

Mes journées sont rythmée par les tétées, les siestes, les tâches ménagères et pour l’instant je m’en sors assez bien.

Je pense que l’on va s’arrêter là, ni papa Gégou ni moi n’avons le désir d’un 3ème… Un grand frère et une petite sœur ça nous va bien.

Et ton blog dans tout ça ?

J’ai crée mon blog il y a 1 an presque jour pour jour.

C’est d’ailleurs Sophia dont je lisais le blog (nous somme amies depuis la fac) qui m’a encouragée car je ne pensais pas avoir en moi l’inspiration pour tenir un blog. Et en fait, je l’ai trouvée après une conversation avec TJ, je me suis dit ce petit a plein de choses à dire, je vais le faire parler, ce sera sympa de voir les choses à travers ses yeux de petits garçons. Maintenant, parfois aussi « c’est maman qui dit… » 😉

Sur mon blog, on voulait parler de la maternité, de l’attente de petite sœur, de la préparation du grand frère mais aussi de notre vie d’expatriés.

Ce n’est pas un défouloir mais plutôt un moyen de partager des expériences, des photos, etc… La vie d’expatriés peut être difficile car on est loin de la famille, des amis, de notre pays.  C’est sympa de pouvoir discuter avec des copine-nets de mon âge, en français !

Avec ce blog, j’ai fait de nouvelles rencontres,  de très belles rencontres… je me sens moins coupée du monde.

Un grand merci pour ce témoignage, c’est très joliment raconté! « Comme ça j’étais devenue maman… comme ça nous étions une famille », cela m’a fait fondre, pas vous?

6 commentaires sur “Une Mère en Questions #03 : Maman Mymou

  1. Quel récit! C’est vrai Carnet rose, ça m’a fait fondre aussi! 🙂

    Moi je connaissais bien l’histoire, mais j’ai eu grand plaisir à la relire et surtout, toujours la même émotion à chaque délivrance, les larmes me montent!

    Mymy c’est du beau boulot!
    Merci Carnet!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s