Une Mère en Questions #04 : Marie

Voici déjà la quatrième édition de cette rubrique, et je suis ravie de constater que vous lui faites toujours un aussi bon accueil. Je suis vraiment contente de pouvoir rassembler ici ces témoignages si différents, et fière que vous me les confiez ainsi.

Aujourd’hui je suis particulièrement heureuse de vous faire découvrir une maman en or. Parfois, au-delà des blogs et des échanges de commentaires se nouent des liens, des liens qui peuvent être forts. Marie fait partie de ces rencontres qui vont bien au-delà de l’écran. Marie est la douceur incarnée, un diamant brut avec un talent fou pour l’écriture. Je suis présidente de son fan club, et j’aprécie chacun de nos échanges qui me dévoilent une belle personne, comme on en rencontre peu. Je vous laisse découvrir ses mots…

Marie du blog Chroniques de Marie Kléber

marie1

Qui es-tu Marie ?

Je me pose souvent la question !! Sans rire, je m’appelle Marie, j’ai 32 ans et depuis le 14 février 2013 je suis maman (solo) d’un petit garçon que j’ai appelé Antoine.

Quelle est l’histoire de ta grossesse ?

C’était une grossesse planifiée, voulue à deux. Les essais ont été couronnés de succès très vite, puisque j’ai arrêté la pilule début janvier 2012 et j’ai vu le + sur mon test de grossesse le 10 juillet.

Comment s’est passée la découverte de ta grossesse ?

Je ne m’en doutais pas du tout. Pourtant j’étais très fatiguée depuis début juin et je n’avais pas fait le rapprochement. Je suis revenue de vacances, et après une semaine d’épuisement, j’ai acheté un test. Le + je l’ai découvert dans la salle de bain du bureau – c’est vrai qu’il y a plus glamour !! Et les premières personnes au courant ont été mes parents et ma sœur (qui n’en revenait pas de son prochain statut de tata – elle qui n’est pas très expressive, elle était toute chamboulée !)

Le papa était en mer, donc lui il l’a appris le 19 juillet. Il n’en revenait pas. Il m’a fait répéter deux fois. Mais la réalité « crue » a vite pris le pas sur la magie initiale.

Quels sont les meilleurs souvenirs que tu gardes de ta grossesse ?

Le + sur le test, mon ventre qui s’arrondit, la première échographie et entendre son petit cœur battre, la gymnastique quasi-permanente de bébé dans mon ventre, la découverte du sexe et les cours de préparation à l’accouchement qui m’ont aidé à me recentrer sur l’arrivée de mon petit ange.

Et les moins bons ?

La séparation avec le papa, les heures à pleurer sous la douche et à demander pardon à mon bébé de ne pas être assez forte, de ne pas être à la hauteur et l’inflammation d’un fibrome au 6ème mois – plus de peur que de mal (pourtant pendant 48h j’ai bien douillé, sans qu’aucun antidouleur ne fasse le moindre effet.)

Comment as-tu évolué au fil des mois ?

J’ai appris ma grossesse, j’étais déjà dans mon deuxième mois, et jusqu’à 12 semaines, j’ai tremblé presque tous les jours. Depuis que je suis petite, je vis avec l’angoisse de perdre un bébé (peut-être tout simplement parce que mes parents ont failli me perdre à 15 jours).

Une fois le cap du premier trimestre passé, les doutes se sont un peu apaisés, mais il a fallu faire face au départ du papa pour l’Egypte. Deux mois d’absence qui ont pesé lourd dans la balance. Je ne craignais plus de perdre mon petit mais bien que le papa ne se sente pas prêt pour cette aventure.

Le troisième a sûrement été le pire – mon départ précipité d’Irlande, la peur de ne pas aimer mon enfant, l’envie d’en finir avec la vie ou que Dieu rappelle mon petit, parce que je me sentais trop faible physiquement et psychologiquement pour lui offrir un avenir serein.

Une grossesse éprouvante, mais 3 semaines avant d’accoucher, grâce à l’aide d’une psychologue humaine, d’une équipe de sage-femme épatante, grâce au soutien de ma famille et de mes amis, j’ai réellement pris conscience de l’arrivée imminente de mon petit ange, j’ai fait du tri dans mes émotions et je me suis concentrée sur moi

J’ai repris contact avec lui, par des mots, des caresses, toutes ces choses que j’avais oubliées dans la tourmente des derniers mois.

Parle-nous de la rencontre avec ton bébé !

Il m’est encore difficile aujourd’hui de décrire avec des mots la beauté de cet instant. Le travail a commencé à 3h du matin le 13 février et mon petit homme est né le 14 à 4h33. Vingt-cinq heures de travail quand même !  Mais je préférais de loin ces 25 heures aux 72 heures annoncées par la sage-femme en cas de déclenchement à J+5 maximum. En fin de compte il s’est présenté avant, à J+3,  tout bien fini – 3.970kg et 56.5cm !

L’équipe de sages-femmes a vraiment été hors du commun. J’ai pensé que le moment serait plus difficile, du fait de l’absence du papa. Et puis en fin de compte j’ai réussi, grâce à cette équipe et à ma meilleure amie (qui avait dit « oui » pour être ma partenaire d’accouchement), à me concentrer sur l’arrivée de mon petit garçon et sur rien d’autre. 

J’étais partie sur un accouchement à l’ancienne et puis à 23h30 la péridurale a été la bienvenue. J’ai pu me reposer avant la descente de bébé. Les festivités ont débuté à 4h avec ventouse et épisiotomie, à 4h30 la sage-femme m’a dit d’arrêter de pousser et à 4h33 Antoine a été déposé contre mon sein. C’est comme si le temps avait suspendu son vol, à la seconde où nos deux cœurs battaient l’un contre l’autre. J’étais subjuguée, je tenais contre moi le petit homme que j’avais porté pendant 9 mois – il nous en avait fallu du courage à lui comme à moi pour arriver au terme
de notre belle aventure. Il était dans mes bras depuis quelques minutes seulement et j’avais l’impression de le connaître depuis toujours.

À ce moment-là j’ai su qu’il me dévoilerait tous les secrets du monde, qu’il allait m’aider à être mère.

 

Et aujourd’hui ?

Mon petit homme a 6 semaines, il est beau comme un prince (tout le monde sait que toutes les mamans du monde sont très objectives !).

Il se porte comme un charme, mange bien, dort bien. Il adore regarder, découvrir de nouvelles choses, écouter sa grand-mère lui chanter des chansons. Il commence à sourire, ça me chamboule le cœur. Et aussi à sortir quelques sons. Il a des mimiques très amusantes, passe des heures à raconter des histoires à son berceau, mais ne supporte pas les contraintes (c’est bien un homme pour ça !).

Sa peau commence à brunir (héritage de sa culture Égyptienne) et il adore bouger dans tous les sens (il fait sa gym quotidienne – je pourrais même bosser mes abdos avec lui !) 

Depuis qu’Antoine est arrivé, moi qui rêvais d’une grande famille – minimum 4 enfants,  je vois les choses différemment. Je me rends compte que
j’ai tellement de choses à lui apprendre, à lui faire découvrir, une autre culture que la mienne à lui transmettre aussi (parce que même si nous sommes séparés, ce petit à un papa, une histoire de l’autre côté de la méditerranée).

J’ai peur qu’un autre enfant ne vienne un peu entacher la belle relation que nous créons ensemble tous les deux, jour après jour. Mais comme la vie réserve des surprises, je  garde bien en tête la maxime « ne jamais dire jamais », peut-être qu’Antoine aura un jour un petit frère ou une petite sœur !

Et ton blog dans tout ça ?

Mon blog Noor était privé. Je l’avais ouvert pour que mes amies en France puissent suivre ma grossesse. Et puis je suis rentrée en France et j’ai décidé de lui donner une autre dimension – d’en faire une lettre ouverte à mon fils.  

Un grand merci à Marie pour ce témoignage émouvant et sans fard, où comme toujours je distingue sa lumière intérieure…

10 commentaires sur “Une Mère en Questions #04 : Marie

  1. J’aime énormément ton récit, semé d’embûches mais avec un merveilleux point final. C’est beau une maman courageuse et aimante.
    Prends soin de toi et de ton petit Antoine

    J'aime

  2. Merci à toutes. Et merci Laurie pour m’avoir donné la chance de parler de cette aventure unique, qui reste la plus belle de notre histoire.
    Des bises de nous 2
    ps – Noor est redevenu public!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s