Une marraine, pour quoi faire?

Il n’y aura pas de parrain-marraine finalement. Voilà la décision que nous avions prise il y a un mois de ça, après bien des discussions. Car la notion de parrain-marraine nous posait problème. Et maintenant, je m’apprête à faire la demande officielle à mon amie… Pourquoi ce revirement ? Mais d’abord : c’est quoi être marraine, aujourd’hui ?

marraine

 

 

Il y a bien sûr la tradition chrétienne qui veut qu’une marraine et un parrain soient désignés pour le baptême. Ils ont avant tout un rôle spirituel et religieux. N’étant pas catholique, quoi que baptisée, cette vision traditionnelle du parrainage n’était donc absolument pas dans mes vues. Il n’y aura pas de baptême, donc la marraine choisie sera une marraine de cœur.

La notion de marraine de cœur, justement, on la retrouve de plus en plus, S-Mummy en parlait d’ailleurs récemment. Tout comme les cérémonies d’engagements qui remplacent le mariage à l’église, le parrainage de cœur remplace le parrainage traditionnel religieux. Légalement, cela n’a aucune valeur notoire, c’est un acte totalement personnel, qui n’engage que les sentiments. C’est une manière de témoigner son amitié et sa confiance, et de demander à un adulte de faire partie de la vie de son enfant, sans obligation ni mission particulière. C’est cette vision que j’ai de ma marraine : une femme qui m’a accompagnée toute ma vie, que je vois régulièrement, qui se préoccupe de moi et avec qui je passe de bons moments. Et j’avais envie de donner une marraine comme ça à ma fille.

Et puis il y a la notion de tutelle qui est nettement sous-entendue dans la notion de parrainage. On dit souvent qu’en cas de problème ce sont les parrains et marraines qui s’occupent de l’enfant. Juridiquement, c’est totalement infondé, néanmoins la question se pose pour moi. S’il devait nous arriver quelque chose, je refuse de savoir ma fille élevée par un membre de nos familles respectives. Pour nous c’est juste inconcevable. La question s’est donc posée de savoir qui désigner, et comment.

Si nous en étions arrivés à abandonner l’idée de nommer un parrain et une marraine, c’est à cause de ces différentes visions et de la difficulté de tout combiner. D’un côté, je rejette par principe tout acte religieux, ce qui exclut la désignation d’une marraine. D’un autre côté, j’avais envie de faire ce cadeau à mes amies chères et à mes enfants. Mon homme, quant à lui, a autant de mal que moi avec la tradition chrétienne, mais sa sœur lui a demandé à être marraine et il n’avait pas envie de lui faire de la peine. Le truc, c’est que pour moi une marraine et une tante sont deux choses différentes, et qu’il était hors de question de désigner quelqu’un pour lui faire plaisir. S’ajoutait à cela l’impératif de la tutelle, ce qui rend le choix extrêmement complexe. Faire confiance à ses amis, c’est une chose, mais encore faut-il que leur situation leur permette d’envisager une telle éventualité. Bref, nous avions déjà du mal à nous mettre d’accord sur la valeur que nous donnerions à ce parrainage, ce qui nous a finalement dissuadés.

Et puis, très récemment, la conversation a repris. Je voulais choisir un second et un troisième prénom. Là encore, les traditions ont la dent dure, mais à partir du moment où je veux absolument donner un second prénom à un éventuel petit garçon, il me semble évident qu’il faut le faire pour ma fille aussi… Bref, dans ma tête il a toujours été clair que je donnerai le prénom de la marraine en second ou en troisième. Le débat était relancé. Cette fois, nous avons pris les choses dans l’ordre, et nous avons décidé de désigner une marraine de cœur. De toute façon cette histoire de tutelle ne sera pas réglée dans les mois à venir, alors autant se laisser du temps pour décider. Du coup ce sera mon amie, qui n’est pas encore au courant. Pour le parrain, l’Homme hésite encore à demander à son meilleur ami, qui n’est pas exactement du genre à s’occuper d’un enfant… Je me dis encore qu’il serait plus simple de laisser tomber pour le moment et d’attendre de voir un notaire pour trancher, mais ces trois prénoms accolés me plaisent vraiment, et surtout j’ai envie d’entendre ma fille appeler ma copine « marraine », lui donnant ainsi le statut particulier qu’elle mérite. J’aime me dire que, contrairement à la famille, on l’a choisie, elle, pour ce qu’elle est.

C’est ainsi que je me retrouve à la veille de la grande demande à la marraine, et j’ai prévu quelque chose de spécial, un souvenir qu’elle gardera longtemps j’espère. Mais je lui laisse la primeur avant de vous le dévoiler…

 


Article publié sur SBG

14 commentaires sur “Une marraine, pour quoi faire?

  1. C’est une question très difficile en effet…
    TJ a une marraine de coeur (qui est aussi sa tata, mais il l’appelle tata-marraine) et un parrain religieux (le meilleur ami de papa gégou qui a été très touchés de notre demande et prend son rôle
    bien à coeur).
    Un jour je parlerai de son baptême que l’on a fait dans un jardin sous un grand cerisier, une petite cérémonie bien à nous, comme on la voulait.
    C’est une décision qui n’appartient qu’aux parents mais qui malheureusement est souvent la source de disputes avec la famille (comme le mariage… LOL)
    Je suis sûre que ton amie sera très très touchée. xx

    J'aime

    1. Ah oui, tiens, je n’avais pas fait le rapprochement avec le mariage, mais effectivement ça amène le même lot de questions et de tensions!! Pour l’instant pas trop de réaction du côté de la belle-soeur, mais je pense que ça risque d’arriver…

      Bisous!!

      J'aime

  2. Je te comprends parfaitement.
    Je ne suis pas chrétienne et il n’a jms été question de baptiser notre fille… Mais je voulais accorder une place particulière à ma meilleure amie pour ma fille… qui a donc accepté d’être sa
    marraine de coeur.
    Nous ne nous sommes pas interrogés par rapp à la tutelle… pour le coup, nous avons confiance en notre famille.
    Pour ce qui est des prénoms, de notre côté, c’était prénom « français », puis cambodgien puis indien (car née en Inde). il en sera de même pour notre 2 è enfant !

    J'aime

    1. Pour la tutelle, c’est vraiment une chance d’avoir confiance en sa famille comme toi! Nous, c’est un peu notre pire cauchemar que la petite tombe entre leurs mains!!

      Ah c’est sympa les prénoms cosmopolites! Et pourquoi cambodgien? En tout cas c’est vraiment une belle idée de marier les pays au travers des prénoms 😉

      J'aime

  3. J’ai baptisé ma fille à la mairie. C’est ce que l’on appelle le baptême civile.
    Il n’y a aucune notion de religion et c’est ce qui m’importait.
    Il y avait ce côté solennelle de la cérémonie qui officialise la confiance que l’on accorde au parrain et à la marraine.
    Juridiquement, cela n’a aucune valeur. Si l’on veut confier son enfant à d’autres personnes que sa propre famille, il faut en faire la demande par testament. Le juge aux affaires familiales
    tranchera à ce moment là. Mais on ne sera plus là pour vérifier que nos souhaits ont été respectés. Voilà mon expérience sur le sujet. Mon notaire me l’a confirmé par mail il y a deux jours.

    J'aime

    1. Oui, j’ai appris ça… je trouve que c’est assez scandaleux de ne pas pouvoir s’assurer que notre volonté sera respectée, et pour le coup ça me mine carrément… mais bon, dans quelques temps on passera tout de même par la case notaire pour acter tout ça!

      J'aime

  4. Ce que je vais dire n’engage que moi, mais je pense que nous sommes sur la même longueur d’onde… Je n’ai jamais rien compris à la tradition parrain/marraine d’un point de vue religieux et,
    surtout, j’ai du mal à croire qu’un choix « naturel » et « spirituel » soit forcément le meilleur pour l’enfant. On dit qu’on choisit ses amis et pas sa famille, alors je pense que le fait de baser
    votre décision sur des liens qui vous unissent à des amis, des vrais, aboutira sur une relation plus forte et plus entière entre votre petite princesse et ses futurs parrains parce qu’aucun lien
    familial proprement dit ne viendra fausser les rapports 😉
    Ensuite pour les prénoms, je trouve l’idée d’en donner plusieurs très sympa, surtout si chaque prénom est rattaché à une histoire ou une personne qui vous est chère.

    J'aime

    1. C’est exactement comme ça que je vois les choses : contrairement à la famille, la marraine et le parrain on les choisit, pour eux, pour ce qu’ils peuvent apporter à l’enfant, pour la confiance qu’on leur porte. Les liens du sang, hein… enfin perso ça ne veut rien dire pour moi.

      Pour les prénoms on a voulu aussi se détacher du traditionnel prénom de la grand-mère ou du grand-père… Même chose : on choisit, peu importe comment ce sera perçu par la famille 😉

      J'aime

  5. C’est très beau. Moi je suis comme toi, je ne suis pas du tout branchée église etc… Et donc si un jour j’ai un enfant, je me poserai sûrement la question !!
    Mais assez curieusement, j’ai accepté pour une amie d’être la marraine de son fils et ça s’est fait à l’église… Mais bon, je n’ai aucune obligation sur ce plan là.
    En tout cas, un parrain et une marraine de coeur, moi je pense que c’est un bon choix.
    Bisous !!!

    J'aime

    1. Oui, après tout dépend du rapport que tu entretiens avec l’enfant. Ma propre marraine a été sacrée lors de mon baptême à l’église (j’étais trop jeune pour protester), et pourtant il n’a jamais été question de religion ni même de spiritualité entre nous!

      Bises!!

      J'aime

  6. Je suis d’origine cambodgienne, d’où le choix du 2è prénom 🙂
    Sinon il ne vous reste qu’à faire un testament si vous n’avez pas confiance ds votre famille…

    J'aime

  7. Hier, ma cousine (que je considère comme ma soeur) m’a demandé si je voulais être la marraine de son deuxième enfant (une fille). J’ai tout de suite accepté, je suis vraiment contente. Je ne suis
    pas croyante mais eux si, donc se sera surement un baptême à l’église comme pour le premier. Toutefois s’ils n’avaient pas fait de baptême à l’église on aurait fait un baptême républicain à la
    mairie.
    Pour nous une marraine ou un parrain n’est pas une tante ou un oncle même si c’est la soeur ou le frère des parents. On ne l’appelle pas tata/tonton mais marraine ou parrain. D’ailleurs j’appelle
    ma marraine « marraine » et qu’on ne vienne pas me dire que c’est ma tante même si c’est l’unique soeur de ma mère.

    J'aime

    1. C’est marrant cette distinction entre parrain/marraine et oncle/tante! Et en même temps au moins le statut de parrain/marraine est vraiment marqué, ce n’est pas juste un titre donné comme ça visiblement! J’aime bien cette façon de voir 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s