7 semaines

Ma princesse a eu sept semaines hier. Sept semaines ! Mais où sont-elles passées ?

7 semaines à prendre nos marques.

7 semaines à la contempler, muets de stupeur.

7 semaines à pleurer, dépassée par les évènements.

7 semaines à craindre, à avoir peur de tout, surtout de mal faire.

7 semaines à la regarder grandir et changer à une vitesse folle.

7 semaines à constater ses progrès quotidiens, à la voir s’éveiller de jour en jour.

7 semaines à ne vivre que par elle, que pour elle.

7 semaines sans écrire…

L’envie d’écrire me réveille la nuit, parfois. Mais je n’ai pas la force de me lever. Pourtant, j’en ai des choses à écrire ! Il me faudrait revenir sur l’histoire de cette grossesse, qui reste inachevée. Raconter la toute fin, mettre dessus les derniers mots, ceux qui me resteront de cette incroyable aventure. Parler de ce père que j’ai vu naître et grandir, de ces petites phrases qui ont ponctué ces neuf mois, qui les résument et leur donnent du relief, de ce que j’ai appris qu’on ne m’avait pas dit, de la fin d’une période dont le manque creuse déjà ma poitrine si je me laisse aller à y penser.

Il faudrait que je vous raconte ces premières semaines où je n’étais pas mère, où j’étais effondrée, écrasée sous un poids si lourd que je peine encore à m’en dégager. Je n’ai pas vécu quelques jours de mélancolie, j’ai sombré dans une dépression que je pensais avoir prévenue avec tout ce travail fait sur moi, avant. Mais il faut croire qu’identifier les causes d’un mal-être n’empêche pas totalement d’y céder. Je savais que les premiers temps seraient difficiles, je pensais que j’aurais du mal à accomplir les gestes du quotidien, peur de lui faire mal en l’habillant, peur de lui donner le bain… Mais il n’en fut rien, le malaise est venu de l’intérieur, de choses avec lesquelles je croyais en avoir fini. C’est un douloureux constat d’échec que d’admettre que je me suis retrouvée face à une histoire que j’avais soigneusement archivée et rangée parmi les affaires classées.

Et puis il faudrait que je vous raconte ces trois dernières semaines, les plus éprouvantes. Celles où il a fallu insister pour qu’on se penche sur le problème, pour qu’on arrête de nous prendre pour de jeunes parents inquiets et hystériques. Celles où j’ai vu ma fille souffrir, où les journées n’étaient que cris et pleurs, et pas seulement ses cris et ses pleurs, les miens aussi. Celles où j’ai perdu plus d’une fois patience, et auxquelles je ne repense pas sans me sentir la pire mère du monde, la mère qui a haussé le ton face à un bébé qui exprimait simplement sa douleur.

Depuis deux jours, nous découvrons un autre bébé. Elle est si différente, tout est tellement plus léger… Elle souffrait de reflux, avait mal constamment, on ne pouvait pas la poser. Elle a passé la semaine dernière dans nos bras, nuit et jour, et cela a permis de faire reculer la douleur. Un traitement, un nouveau lait, et tout va mieux. Bien sûr il faudra des mois pour régler le problème, mais au moins nous venons à bout des symptômes. Depuis deux jours, on peut la poser, bien inclinée et à distance raisonnable du biberon, mais on peut souffler un peu. Se remettre à manger, à ranger la maison, à avoir un semblant de vie normale. Et surtout, surtout, la voir apaisée, la regarder dormir sans froncement de sourcils, sans pleurs qui ponctuent un sommeil agité…

Mis à part ça tout va bien. Notre puce est magnifique, elle grandit plus que bien : elle pèse déjà plus de cinq kilos et a pris cinq centimètres durant les trois premières semaines ! Je ne sais pas combien elle mesure aujourd’hui, mais nous venons de passer aux vêtements en trois mois. Quand je la regarde, je cherche le tout petit bébé qui est sorti de moi, et force est de constater qu’il n’existe plus. C’est une belle petite fille, avec de grands yeux bleus (pour le moment), et des cheveux qui tirent sur le roux, ce qui est génétiquement impossible et laisse le suspense entier quant à sa couleur définitive. Elle sourit, de grands et lumineux sourires qui nous font fondre le cœur. Ses petits pieds et ses sourires, les plus belles choses qui soient.

Maintenant qu’elle va mieux, j’espère pouvoir me remettre à écrire, j’en ai tellement besoin ! J’ai mille idées, un million de mots sur le bout des doigts, un milliard de phrases m’ont déjà échappé. Petit à petit, j’aimerais les rattraper, vous raconter ma fille, vous raconter mes peurs, vous raconter la vie qui vient juste de commencer. Écrire en deux tons, rose ici et pétillant là-bas, ce là-bas que j’aimerais vous montrer, à condition de l’avoir rendu plus anonyme qu’il ne l’est pour l’instant. Et puis revenir vers vous, vous lire, rattraper le temps perdu, vous reprendre la main, vous qui m’avez suivie, encouragée, fait rire, émue, vous qui avez manifesté tant de joie et d’affection pour la naissance de ma princesse. Vous qui m’avez manqué, manqué, si vous saviez !

Elle-est-la-0269

20 réflexions sur “7 semaines

  1. C’est si beau… 🙂 Un peu galère pour le reflux, mais si le lait et un petit traitement ont arrangé ça, c’est le principal! Notre loulou en souffrait aussi, et le lait épaissi nous a sauvé,
    depuis, nous n’avons plus jamais revu les symptômes : ouf !!! Profite de ta princesse, c’est bien le plus important…

    J'aime

    1. C’est vrai qu’elle ne régurgite plus avec le lait épaissi, mais elle a toujours un peu de reflux qui doivent brûler à l’intérieur… pas facile d’être bébé! 😉

      J'aime

  2. Oui oui et encore oui, c’est dur, mes premières semaines aussi, j’étais terrorisée par tellement de choses. C’est vraiment un tourbillon d’émotion mais je tiens à te rassurer, la suite est de plus
    en plus agréable, sympa et drôle! Les douleurs vont s’estomper. Courage à toi carnet, tu es toujours dans un petit coin de mes pensées!
    Des bises de France où je suis depuis 15 jours!

    J'aime

  3. Ma pauvre … xxxx
    « I feel for you » comme on dit en anglais. J’avais passé des 1ères semaines similaires pour TJ, un long tunnel noir qui n’en fini jamais, se décharger sur le papa de plus en plus, etc. Je vois très
    bien ce que tu décris si magnifiquement, c’est boulversant!
    Et je te rassure, une fois sorti du tunnel, c’est que du bonheur, ça va mieux en mieux. Et pour le 2ème, encore mieux, même pas de tunnel! LOL
    J’ai envie de dire, tu aurais du venir nous demander sur HC, on est là pour ça, même si tu n’as pas le temps d’écrire, pose nous des questions, si tu as des doutes, HC c’est fait pour ça, on
    s’entraide, on se donne des conseils, etc…
    Malheureusement le personnel médical ne croient jamais les nouveaux parents, si bébé pleure pour eux c’est normal ou pire c’est de notre faute!!! De vrais c****.

    Ne doute jamais de ta capacité à être mère, croit et suit ton intuition qui est là pour te guider, ton intuition de maman sera toujours la bonne car toi mieux que quiconque c’est ce qui est bon
    pour ta fille ♥♥♥

    J'aime

    1. même si je ne réponds que maintenant aux commentaires, sache que ton message m’avait bouleversée quand je l’ai lu… merci, ça fait tellement du bien de lire ça! et oui, ça me rassure carrément de savoir que pour le second ça se passe mieux!!!

      Merci ♥

      J'aime

  4. Oh ne t’inquiètes pas, tu n’es vraiment pas la seule!!! Les 1ères semaines sont toujours dures avec un bébé, mais vraiment! Mais peu osent en parler avec sincérité et une si belle façon d’écrire
    comme tu le fais…et oui, un bébé qui souffre de reflux c’est compliqué, surtout qu’au début les médecins ne voient rien, ne cherchent pas, et laissent les parents douter, lutter…et
    effectivement quand on « sait » enfin, quand un début de traitement commence et que nos bouts de choux souffrent moins, on les redécouvre et c’est un vrai bonheur!!! Plus les semaines passent et plus
    on le comprends, ça va aller de mieux en mieux tu verras!!! Tu es j’en suis sûre une maman merveilleuse, qui a subi la fatigue, les interrogations, la découverte de ce petit être, c’est un
    bouleversement total, émotionnel et physique très intense. On a toutes traversé des instants de découragements, de déprime même et c’est normal! Sur le coup on se sent impuissante, désemparée,
    nulle et pourtant on fait de notre mieux!!!! Je te comprends totalement, et je ne suis sûrement pas la 1ère, on se soutient! 😉 Moi aussi il a souffert/souffre de reflux mais petit à petit les
    choses s’atténuent…Vous êtes des parents formidables et ces 1ères semaines ne seront bientôt que du vécu passé, la vie quoi! Et tu ne retiendras que les sourires de ta puce!!!

    J'aime

    1. Merci, tu m’as fait pleurer quand j’ai lu ça… J’avais beau savoir que ça serait compliqué, j’ai beau savoir que je ne suis pas la seule à perdre pied, et bien j’ai quand même l’impression de ne pas gérer du tout. Alors quand je lis ce genre de message, je me rappelle que plein de mamans sont passées par là, et que du coup je ne suis pas si nulle que ça… MERCI ♥

      J'aime

  5. Tu nous as manqué aussi !! Je ne sais pas ce qu’il faut répondre dans ces moments, je ne suis pas passée par là et il n’y a qu’à travers ce que tu écris que j’imagine ce que ça représente. Une
    chose est sûre, et c’est ce que j’ai toujours entendu, la recette de la mère parfaite n’existe pas, tu suis ton instinct et celui-ci a juste eu besoin d’un peu de temps pour s’adapter au caractère
    de ta petite puce, mais dis-toi qu’il ne se trompe pas 😉
    J’espère pouvoir retrouver bientôt tes billets roses ici et pétillants « là-bas » ^_^
    Je t’embrasse !

    J'aime

  6. Ooooh, je pensais justement à toi hier… depuis la naissance de ma petite, je n’ai plus une seconde à moi, et pas le temps de suivre les blogs…

    Courage. Oui c’est dur. Je viens d’écrire une note à ce sujet d’ailleurs. C’est dur, et en plus, j’ai l’impression que pour vous, c’est encore plus dur. N’aies pas honte d’avoir élevé le ton, même
    si elle est si petite, même si elle ne fait qu’exprimer sa douleur. Tu ne peux pa tout deviner, et tu es humaine, et c’est normal de craquer, de s’énerver. Les cris d’un nourrisson, c’est
    psychologiquement très dur. Le manque de sommeil, d’activités « normales », d’organisation, c’est très dur. Courage, ça passera. Je suis heureuse d’apprendre que déjà, ça va un peu mieux avec les
    changements apportés. J’espère de tout coeur que ça va aller de mieux en mieux.

    Je pense fort, fort à toi. Je vois envoie plein d’ondes positives !

    J'aime

    1. Merci, merci, je pense à toi aussi!!! Mais je n’imagine même pas ce que c’est d’avoir un nouveau né et un enfant à s’occuper!!!

      Je ne sais pas si c’est normal de s’énerver, j’ai l’impression de n’avoir aucune patience alors que je devrais en avoir à revendre… j’essaie de me calmer, c’est pas toujours évident.

      Merci, et courage à toi aussi!!

      J'aime

  7. je m’inquiétais de ne plus te lire … je comprends mieux !
    tes mots sont forts, vrais … les maux d’une première maternité fatigante, éprouvante, déprimante …
    non tu n’es pas une mauvaise maman
    avec le temps, la réflexion et le mieux être de ta poupée, j’espère que tu réussiras comme moi à faire une force de cette épreuve que tu viens de traverser
    on devient maman chaque jour mais ça tu le sais déjà
    prends confiance en toi et tout ira mieux

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s