Premiers instants à trois

5110411316-0156Ce matin-là, après les premiers soins, nous sommes restés tous les trois dans la salle d’accouchement. Le service était plein, il fallait attendre qu’une chambre se libère. Peu importait, notre bébé était là. Depuis un peu plus de deux heures, rien n’était important, rien n’était grave, tout était en suspens.

On m’a apporté un plateau pour le petit déjeuner, je n’avais pas faim. Je n’avais pas sommeil malgré la nuit blanche et éprouvante. J’étais dans un état second, les heures ont semblé des minutes, parce que je regardais cette toute petite fille endormie dans mes bras. Son père l’a prise un peu, et j’ai pu regarder son visage, un joli visage rose et pas du tout froissé. Ce petit boulet de canon était sorti si vite qu’elle était toute lisse.

Puis vers midi, on m’a installée dans un fauteuil roulant, mon homme a pris les sacs et ma princesse a été installée dans son berceau transparent, direction notre chambre. Nous avons entièrement remonté le long couloir de la maternité, passant devant la chambre où j’avais passé quelques jours deux mois auparavant. Quelle sensation étrange… J’étais fière, j’avais envie de saluer chaque personne croisée dans le couloir, de dire « regardez comme elle est belle, c’est ma fille, mon œuf, mon bébé à moi ! ». J’étais étonnée aussi, étonnée de me sentir bien après un accouchement, étonnée que la vie reprenne son cours si vite, que les gens autour de moi soient si tranquilles. Je venais de vivre un accouchement, et j’étais tranquillement conduite dans une chambre, comme si tout ceci était normal. Je ne sais pas à quoi je m’attendais, à être épuisée et moulue sans doute, mais je garde en mémoire ce moment où je me suis dit « c’est tout ? ».  J’avais je ne sais combien de points de suture et ma jambe gauche était totalement morte, anesthésiée par les shoots successifs
qu’on m’a fait dans la panique, mais je me sentais bien.

Cet après-midi-là, je n’ai ni mangé ni dormi. Je n’ai pas atterri. Nous avons placé le berceau de telle sorte que nous pouvions voir notre petit trésor, moi depuis le lit et mon homme depuis son fauteuil, et nous avons passé des heures à la regarder. « Tu as vu comme elle est belle ! » « Regarde ses yeux, c’est incroyable » « Et cette petite bouche ! » Le monde aurait bien pu s’écrouler, nous étions tous entiers avec elle. Et cette princesse dormait à poings fermés, tranquille, un vrai Bouddha. Vous dire que nous étions en admiration devant elle me paraît bien en-dessous de la réalité. Nous étions ébahis, stupéfaits, totalement conquis, extrêmement fiers, remplis de questions et en même temps forts d’une certitude : c’était la plus belle chose du monde que d’assister aux premières heures de son existence. Comment a-t-on réussi une telle merveille, un tel prodige ? Nous étions là, sans voix, humbles comme on l’est souvent face à un véritable miracle qui nous fait sentir le pouvoir de la nature et de la vie. Ce n’est pas moi qui ai donné la vie, c’est ce petit être qui l’a prise, j’ai juste assisté au tour de magie le plus grandiose qui soit.

De ce premier jour je garde la pénombre de la chambre, le calme et le silence. Nous avons attendu plusieurs heures pour avertir les gens de la naissance, ces heures-là étaient rien qu’à nous, des heures de recueillement. Je garde l’image de mon homme ému, bouleversé, rayonnant d’amour. Je garde cette sensation d’être arrivée à bon port, d’être exactement celle que je voulais être, d’être comblée. Je garde ce joli visage endormi, si paisible, et ces quelques regards d’un bleu azur qui m’ont fait chavirer le cœur. On dit que c’est le plus beau jour d’une vie… Ce jour-là, j’ai compris pourquoi.

5110411316-0156

12 réflexions sur “Premiers instants à trois

  1. C’est décidé je ne te lis plus, tu me fais toujours pleurer! Comme toujours, un récit très émouvant. Moi aussi j’ai compris ce jour là.
    Bises à vous trois de nous 2.

    J'aime

  2. Texte superbe comme à ton habitude… Je ressens très bien ce sentiment de « Et c’est tout ? » ressenti pour ma première. On vit un tourbillon, un tsunami, et quoi, le monde a continué de tourner, en
    fait, alors que pour nous, il s’est arrêté 5 jours durant (au moins). Très beau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s