Nouveau bébé pour une nouvelle vie

Rassurez-vous, je ne l’ai pas vendue (le prix qu’on me proposait était ridiculement bas). Il se trouve juste que je me suis réveillée un matin avec un nouveau bébé, dont l’apparence est étonnamment similaire à celle de ma fille. J’ai attendu une semaine pour vous en parler, de peur de rompre le charme. Mais c’est un fait : cela fait une dizaine de jours que j’ai un bébé sage. Bon, sage c’est relatif, ça reste une merdeuse, mais une merdeuse agréable. Et ce alors qu’elle est en train de sortir les deux canines du haut (suis-je en plein rêve ?).

Bref, depuis une semaine plus de bébé qui chouine des heures durant, plus de crises de pleurs intempestives, plus de surexcitation ingérable. Juste un bébé plein de vie, qui veut tout voir et tout explorer, qui demande beaucoup d’attention certes, mais qui est bien.

Il aura donc fallu neuf mois… Je me suis demandé si l’on pouvait établir un parallèle entre les neuf mois de la grossesse et les neuf premiers mois de vie…

Le premier trimestre, tout est fragile, on retient son souffle quand le ventre tiraille.

Le premier trimestre, tout est fragile, on retient son souffle pour mieux entendre une légère respiration dans la nuit.

L’inquiétude teinte le bonheur.

Au second trimestre, tout s’accélère, le ventre grossit, et on montre au monde ce ventre tendu.

Au second trimestre, tout s’accélère, le bébé grandit, et on montre au monde cet enfant dodu.

Tout devient plus concret.

Au troisième trimestre, on est partagé entre le désir de garder ce petit être dans son giron et l’impatience de sa venue au monde.

Au troisième trimestre, on est partagé entre l’envie qu’il reste un bébé et l’impatience de le voir avancer tout seul.

On redoute autant qu’on appelle ses premiers pas.

Et puis… la naissance. Est-ce un hasard finalement si ma fille a tant changé une fois le cap des 9 mois franchi ? Je n’en sais rien, mais il y a une véritable renaissance qui s’est opérée. Bien sûr, il lui arrive encore de pleurer, il m’arrive encore de m’impatienter, elle ne veut toujours pas que je la quitte une seule minute, mais elle est transformée. Jusque-là, nous n’avions jamais eu plus de deux jours de calme, et jamais quand son papa travaille. Et là, j’ai passé une semaine complète vraiment sympa.

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, mais je pense que la marche à quatre pattes a été une véritable libération. Ma boulette est très curieuse, et très active. Pouvoir se déplacer et explorer est un vrai bonheur pour elle, et je sais aujourd’hui que j’avais en partie raison quand je disais que le fait de se déplacer seule allait considérablement améliorer son humeur. L’ostéopathe aussi a eu un rôle important : nous l’avons emmenée un peu avant Noël et depuis plus de régurgitations !

Quant à moi, je découvre le plaisir d’être avec ma fille tout la journée. Le plaisir était là avant, bien sûr, mais il y avait aussi le stress et l’épuisement. Là je peux dire que je passe de vraies belles journées avec ma puce, à jouer, à rire, à explorer, à la regarder découvrir son environnement. Quelle évolution en neuf mois ! Il y a aujourd’hui de plus en plus d’interactions, on rit ensemble, on chante, on danse… Ça devient tellement génial ! Elle partage plus avec moi, certainement car me voir sereine l’aide à l’être aussi. Apaisées, nous tissons un lien fort, à moins que ce soit ce lien qui soit à l’origine de l’apaisement. Le soir, je suis épuisée, d’autant plus qu’elle me réveille encore la nuit, mais ce n’est plus de la fatigue morale, c’est de la fatigue physique tout ce qu’il y a de plus banale après une journée à bouger et à jouer.

Je reprends confiance en moi, et même si tout n’est pas parfait je respire… Je n’ai pas encore de temps pour moi, mais je peux faire nettement plus de choses avec elle. Je suis tout de même allée voir une psychomotricienne, mais, le rendez-vous ayant été décalé d’une semaine, elle a vu ma fille nouvelle version. Il n’empêche que j’en suis ressortie avec de précieuses clés pour comprendre. Je vous détaillerai tout ça, c’est promis.

Tout ça pour dire que si ça continue, je vais vouloir une dizaines d’enfants. Non, peut-être pas, mais en tout cas je sais que, si les premiers mois peuvent être parfois difficiles, cela vaut
infiniment la peine. Bon, j’ai bien conscience que d’ici à sa majorité je vais péter les plombs encore un bon millier de fois, mais, promis, je ne la vendrai pas. De toute façon elle est trop
chère pour qui que ce soit.

1204

6 commentaires sur “Nouveau bébé pour une nouvelle vie

  1. Je suis très heureuse pour toi, pour vous deux. 9 mois c’est un cap quoiqu’on en dise. Peut-être qu’il vous fallait ce temps pour vous apprivoiser, pour trouver votre rythme.
    Profites pleinement.
    Grosses bises.

    J'aime

    1. C’est vrai que c’est un cap, comme les trois mois (mais en mieux!). Et c’est sûr que devenir mère ça ne se fait pas en un jour, et que je me sens plus « maman » aujourd’hui. Gros bisous à vous deux ♥

      J'aime

  2. yeah !!!! C’est vrai que sans la frustration de ne pas pouvoir bouger toute seule, ça devait empirer les choses. 9 mois c’est mon âge préféré, ils commencent à comprendre qu’il y a un monde autours
    de maman, caca, biberon, dodo, à explorer, à parler bien distinctement même si on comprend toujours pas, hihihi !
    Profite ♥

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s