Celle qui (n’)était (pas) enceinte

Moi qui croyais avoir lancé un suspense de folie dans mon dernier « se souvenir des belles choses », j’ai bien raté mon coup. Pas l’ombre d’un « c’est quoi cette histoire de petite sœur ? », rien du tout. Trois explications possibles : vous êtes toutes en vacance/débordées/fatiguées, vous vous en foutez, ou alors je suis tellement prévisible que ce qui va suivre ne vous surprendra nullement. Je me demande si cette dernière éventualité n’est pas la pire, mais passons.

J’ai toujours dit que je voulais plusieurs enfants, mais il y a encore quelques semaines je tenais plutôt un discours qui ressemblait à « plus jamais ça ». Vous le savez, la première année de la boulette a été difficile, entre dépression post-natale, problème de santé, sans gravité mais pas traités pendant des mois, bébé très prenant, pleurs, nuits hachurées, et patience en rupture de stock. Rien d’exceptionnel finalement, c’est le lot de nombreuses mamans, mais vous me comprenez quand je vous dis que je n’ai pas envie de revivre tout ça.

Pourtant, j’ai commencé l’année en vous glissant, dans ma boîte à vœux, l’envie d’un petit pois dans mon ventre pour finir 2014 en beauté. Je crois bien avoir alterné les envies de petit deuxième et les envies de ligature ces derniers mois. Même pour l’Homme, les choses n’étaient pas claires. Quand la boulette avait 4 mois, il aurait bien remis ça, ce à quoi j’ai répondu un truc du genre « si tu me touches, je te défonce » (à ce moment-là, j’aurais encore préféré qu’il fasse un gosse à la boulangère). À l’inverse, quelques mois plus tard, il n’était plus question de remplir le livret de famille (il aurait préféré que je fasse un gosse au facteur). Bref, le moins que l’on puisse dire est que nos sentiments face à l’éventualité d’un second bébé sont mitigés.

Et puis, il y a un mois, des symptômes. Nausées, fatigue, vertiges, seins gonflés, ventre qui tire… Mon corps m’envoyait tous les signaux. Tant et si bien que j’ai commencé à douter, malgré une profonde conviction de n’être pas enceinte. C’est difficile à expliquer, quand le cœur affirme une chose mais que la raison ne peut décemment pas ignorer certains signes. Bref, un seul moyen d’en être sûre.

Je peignais une clôture quand l’Homme est revenu avec un test, vaguement inquiet et surtout impatient que je m’exécute. On a passé une bonne partie de l’après-midi avec ce point d’interrogation au-dessus de la tête. À travailler en silence, la tête pleine de « et si ? ». À imaginer, chacun dans notre coin, ce qui pourrait se passer. Au bout d’un moment je souriais aux anges. « Arrête de sourire, c’est pas drôle ! » m’a-t-il lancé, à moitié rieur, à moitié effrayé. C’est qu’il faut dire une chose importante : matériellement, ce n’est pas le moment de se lancer, mais alors pas du tout.

Après un passage à la maison, je suis revenue lui annoncer le verdict : sans surprise, test négatif. Mais la vraie surprise, ce fut notre réaction. Pas déçus, non, pas vraiment. Mais tout de même… Oui, finalement, le sourire sur nos lèvres des dernières heures s’est un peu effacé. Oh, juste un peu. Mais juste assez. Juste assez pour en parler, pour dire « et si ? », juste assez pour dire « mais oui… ». Juste assez pour se dire qu’on aurait bien aimé, finalement. C’est une idée.

Ce 22 juillet, cela faisait deux ans qu’une petite étincelle de vie s’était allumée. Et quand on regarde cette grande boulette, jolie comme un cœur, on se dit que, pourquoi pas… Contre toute attente, lui est prêt, convaincu, presque impatient. Contre toute attente, je suis plus mesurée, pour une fois. Mais, au fond de moi, je sais qu’on n’attendra pas longtemps encore avant de se lancer dans cette nouvelle aventure. En attendant, je vais à nouveau alimenter la rubrique « des mois dans la tête », parce que des questions, des craintes, des envies, j’en ai des milliers. Et que s’il est un lieu où je peux les déposer sans crainte, c’est bien ici, encore. Parce que je sais que, même si vous me pensez folle sur ce coup-là, vous ne me jugerez pas. La suite ? Si la situation le permet, à l’automne… qui sait ?

 

a1

18 commentaires sur “Celle qui (n’)était (pas) enceinte

  1. Alors, petit 1 (lol): Oui je crois que beaucoup sont débordées, en vacances, fatiguées… moi j’ai été les trois. Et mes deux articles hier sont quasiment passés inaperçus par mon petit groupe de
    fan (mes grandes copines qui ne manquent jamais de commenter), mais là, rien. LOL c’est pas la période.

    Petit 2: Peux-tu m’expliquer pourquoi on te trouverait folle s’il te plaît?? L’envie d’une deuxième c’est bien! C’est normal! C’est exaltant! Nous aussi, on en parle souvent mais pas avant la fin
    de l’année prochaine pour le vrai commencement!

    Petit 3: J’ai 14 copines qui sont tombés enceintes cette année ou qui ont accouché… truc de dingue. Au bout d’un moment, je me dis que moi aussi je vais être enceinte avant décembre à ce
    rythme.

    Petit 4: Vous avez été déçus…. c’est bon signe! 🙂

    Il est super ton article! 😀 DES BISOUS

    J'aime

    1. Oui, c’est vrai que l’été, c’est un peu calme sur la blogo 😉 Un dimanche d’été, on n’en parle même pas!!
      J’avais peur que tu te dises « attends, elle nous a fait ch*** pendant des mois, que c’était dur, qu’elle s’en sortait pas, et là elle en veut un autre? ben sans moi ma fille! » (enfin, en plus soft, mais tu vois l’idée) Ma meilleure amie m’a dit en riant « ah ouais, t’en as pas assez bavé, t’es maso en fait! ». Même moi je me trouve folle quand j’y pense!
      Pareil, dans une moindre mesure : trois grossesses dans notre petite vallée! Et moi, je me régale à parler avec les futures mamans, je crois bien que la grossesse est mon sujet préféré, inépuisable! Et, forcément, ça donne encore plus envie!
      Bon, je suis contente de lire ta réaction, ça m’encourage encore plus 😉 Rien n’est encore sûr, disons que je vais commencer à écrire là-dessus, histoire de poser une bonne fois mes doutes et mes envies, ça aide!
      Bisous ♥

      J'aime

  2. Oui tu en as bavé… mais alors quoi? Remettre ça, ce n’est pas recommencer le même parcours, c’est avoir un deuxième enfant, c’est une nouvelle aventure. Tu n’as pas envie de repasser par des
    choses difficiles, tu veux être maman encore, et vivre cet amour incommensurable !
    Je t’avoue que oui, tu as eu une année difficile, certaines passent la première année comme une enveloppe à la poste (je les hais ces femmes! lol). Pour moi, ça été dur mais ça s’est vite calmé et
    on a eu un pic entre 12 et 18 mois (maladies maladies fatigue chiantise), depuis quelques mois, Camille est vraiment super, on se régale. Je crois qu’il sent qu’on se détend. L’an dernier c’était
    intense.
    Des bisous. Suis ton coeur.

    J'aime

    1. Moi aussi je les déteste ! lol Faudrait écrire un livre « la mère parfaite est une connasse » 😉
      C’est vrai que depuis le début de l’année, j’ai l’impression de passer mon temps chez le médecin, et forcément qui dit bébé malade dit bébé chiant… Comme toi, je sens que si on se détend elle est mieux elle aussi, c’est pour ça que le contexte va vraiment être décisif : si on continue à stresser côté pro, on va attendre, sinon ça fait trop de choses en même temps.
      Mon coeur me dit qu’il aimerais bien sentir un petit pois faire des bonds dans mon ventre ♥

      J'aime

  3. Arrête de te moquer!!! 😀 Je suis de l’Hérault! lol
    C’est juste que j’ai oublié les expressions françaises en habitant longtemps à l’étranger et parfois je fais des mélanges ou je change les mots. La honte pour une prof. 😛

    J'aime

  4. En fait, je pense qu’on avait pas compris l’allusion dans ton dernier article!! (Enfin je dis « on » mais c’est peut être moi qui suis longue à la comprenette … 😉 )
    Entre ma soeur (qui a été une enfant ultra difficile parait-il) et moi, mes parents ont mis 9 ans avant d’être en phase pour un deuxième bébé. Comme vous, un coup c’était l’un, un coup c’était
    l’autre … Puis, ils se sont lancés … Bon, ok, petite, j’étais malade en permanence mais aujourd’hui regarde un peu l’enfant hors du commun qu’ils ont eus 😉
    Bon, je blague bien sur mais je crois qu’il faut que tout ça murisse et fasse son chemin … Les choses vont se faire, c’est une certitude, peut être demain ou peut être plus tard mais elles se
    feront au moment où elles doivent se faire …
    Des bisous ! (et je suis partante pour un deuxième rencard moi aussi!)

    J'aime

    1. C’est vrai que ça aurait été dommage de se priver d’une enfant pareille 😉 Ok, tu m’as convaincue! lol
      Oui, je crois qu’au fond les choses se feront toutes seules, je fais confiance.
      Cool, un second rencard!!! ♥ des bisous!!

      J'aime

  5. Tout le monde est en vacances ma belle, c’est pour ça. Et puis moi, j’étais un peu tenue au secret quand même.
    Laissez vous le temps de souffler un peu. C’est vrai que vous avez eu une sacré année quand même. L’idée est là et vous êtes d’accord. Le temps fera le reste…
    Grosses bises à vous trois.

    J'aime

    1. Oui, toi tu l’as vécu en live 😉 Après tu sais aussi quelle est la situation, et donc tu sais qu’on va forcément attendre un peu, pas que ça nous enchante mais bon… Des bisous ma belle!!

      J'aime

  6. Je suis un peu comme Laurie: j’étais pas sûre d’avoir compris l’allusion ^^’
    Et je ne te trouve pas folle du tout. Je me pose des questions aussi, je sens l’envie venir petit à petit. Mais le sujet ne se pose pas vraiment pour le moment, pour plusieurs raisons:
    financièrement(et professionnellement pour moi), ce serait trop dur; j’ai envie de profiter à fond de ma princesse; et de toute façon, mon homme refuse catégoriquement (pour le moment?).
    Je me laisse jusqu’à ce que la miss soit à l’école pour y réfléchir sérieusement (encore 2 ans!)

    J'aime

    1. C’est un peu le contexte qui me bloque aussi, donc si la situation est la même à l’automne, c’est clair qu’on ajournera le projet bébé. Comme toi, j’ai peur de moins profiter de ma puce si je fais le second trop tôt… D’un autre côté si l’écart d’âge est moindre ça sera peut-être mieux plus tard… Il y a du pour et du contre dans tous les cas, ce n’est vraiment pas facile comme décision!
      Bises 😉

      J'aime

  7. Bonjour,
    Tu sais, je crois que quoi qu’on fasse, il y aura toujours des personnes pour nous dire qu’on est folle. Je ne veux pas de deuxième enfant et je ne compte plus les fois où j’ai entendu dire que
    j’étais égoïste. Le plus important, c’est d’être en cohérence avec ses choix. Chaque parcours est unique. Je te souhaite de suivre ton coeur 🙂 Je lis ton blog depuis un moment, nos filles ont un
    mois d’écart et c’est toujours un plaisir de te lire. A bientôt !

    J'aime

    1. C’est bien vrai. Je connais une fille à qui on a fait aussi beaucoup de réflexions sur son choix de ne pas avoir de deuxième enfant, je trouve ça assez lamentable, c’est tellement personnel comme choix. Je ne pensais pas que c’était mal perçu, et pourtant on dirait que ça dérange quand une femme dit ne pas vouloir revivre une maternité, je sais pas, un peu comme quand on dit qu’un enfant c’est difficile, que ce n’est pas que du bonheur, ça jette un froid selon les interlocuteurs. Il y a encore du chemin à faire pour écorner l’image idyllique de la femme entourée de bambins hyper épanouie dans son rôle merveilleux de maman. N’en vouloir qu’un, et alors? Bref, ça me dépasse.

      Je viens de faire un rapide tour sur ton blog, j’aime beaucoup, et naturellement je suis tombée sur l’article ou tu te sens dépassée, si tu me lis tu sais qu’on est au moins deux à se sentir complètement à la ramasse avec ces bébés 😉 (et, en vrai, on est beaucoup plus que deux!!)

      A bientôt!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s