Questions autour d’un deuxième enfant

Depuis la fausse alerte du mois de juin, la question du deuxième enfant est devenue assez récurrente. Enfin, quand je dis la question… je devrais dire les milliers de questions. Je crois que j’ai besoin de mettre un peu tout ça par écrit !

question

La question finalement n’est pas « est-ce qu’on en veut un second ? », mais « quand ? ». Parce que le désir est là, dans l’absolu. Au départ, on s’était dit que deux ans d’écart c’était parfait. Pas trop proches, pas trop éloignés, idéal pour eux et pour nous.  Oui mais ça veut dire qu’il faut que je sois enceinte avant la fin de l’année. Et c’est là que je bloque.

Pourtant, vous le savez, j’aime être enceinte. J’ai tellement aimé ça que je suis prête à avoir une trentaine de grossesses, ou, mieux, une grossesse qui durerait dix ans. Le rêve ! Mais justement, j’ai envie de profiter de ma grossesse, et aujourd’hui je vois mal comment je pourrais gérer ma petite tornade en même temps. Alors, c’est vrai, toutes les grossesses sont différentes, mais si je suis dans le même état les deux premiers mois, alors je serai clairement incapable de gérer le quotidien de la puce. Parce que pour elle j’ai quand même dormi 18h par jour pendant des semaines, sans parler des nausées du deuxième mois. Bon, ceci dit, je vais augmenter le rythme de garde en octobre…

Il y a d’autres obstacles à une éventuelle grossesse prochaine. Notre situation financière déjà n’est pas très rassurante (les joies de l’artisanat), et, même si la situation aura forcément évolué d’ici neuf mois, cela reste dans un coin de la tête. Ensuite je suis toujours anémiée depuis la naissance, et j’ai du mal à redresser la barre vu que je ne supporte pas les compléments en fer.

Mais je crois que c’est surtout dans la tête que ça bloque. N’ayons pas peur des mots, la première année de la puce a été plutôt infernale. Ma fille est le plus grand bonheur de ma vie, mais nous sommes passés par des moments d’épuisement terribles, nerveusement. Du coup, j’ai forcément plus d’inquiétudes maintenant. J’ai l’impression d’avoir été vidée de ma patience, de mon énergie, et que le stock n’est pas près de se reconstituer. La semaine dernière, j’avais carrément l’angoisse de voir la nounou partir en vacances. Finalement, tout s’est très bien passé, et je crois que c’est un grand pas vers une sorte de guérison, un apaisement certain. Ma puce est plus grande, plus autonome, la communication se met en place, et les bons moments prennent le pas sur les moins bons. C’est sûr qu’un bébé de 17 mois demande beaucoup d’attention et d’énergie, elle ne joue pas beaucoup toute seule, c’est normal, et j’ai parfois l’impression de passer ma journée à dire non, mais les échanges sont de plus en plus riches et sympas.

Avec tout ça, j’ai l’impression de commencer tout juste à profiter d’elle. Comme si j’étais passée à côté de ses premiers mois, prise par l’inquiétude, la fatigue, la gestion de son inconfort. Du coup, je ne peux m’empêcher de culpabiliser à l’idée de lancer le petit deuxième. Comme si je lui volais quelque chose, comme si j’abrégeais notre temps à deux. Je crois que parfois j’ai besoin de me dire que je vais encore nous laisser du temps, pour jouer et rire, pour se faire des câlins et lui faire sentir qu’elle est la personne la plus précieuse de la terre pour moi, pour nous. Derrière tout ça, évidemment, la question que beaucoup se posent ou se sont posée : l’aimerai-je autant ? Oui, on a beau dire que l’amour se multiplie, cela reste difficile à concevoir tant que le second n’est pas là je pense. Je sais que cette question sera balayée sitôt que la petite sœur sera concrète, mais pour l’instant j’ai du mal à voir comment lui faire une place, puisque ma puce prend toute la place dans nos vies, qu’il n’y a qu’elle. C’est idiot, mais j’ai peur de lui prendre quelque chose si je le donne à un autre enfant. Enfin, cette question-là sera résolue d’elle-même, j’en suis certaine.

Bref, je me rends compte que j’ai fait plus ou moins les questions et les réponses, non ? C’est vrai, j’ai des craintes, des questions, le contexte ne m’aide pas à être confiante, mais d’un autre côté repousser d’un an me semble difficile. Parce que, si ce n’est pas cet automne, on attendra l’été prochain, toujours cette histoire de bébé du printemps… Et ça fait long. Et ça fait trois ans d’écart. Et ça m’emmerde. Et puis la terre entière est enceinte en ce moment, et ça les filles ça ne m’aide pas à réfléchir objectivement ! Dans mon entourage il y a déjà trois pondeuses, dont une à qui je vais faire faire un peu d’haptonomie, aider dans sa liste de naissance… Je lui ai sorti mes fringues de grossesse… Hum, on s’est comprises.

Je ne suis peut-être pas hyper claire, mais dans ma tête ça n’est pas beaucoup mieux ! Il y a deux semaines, j’ai décidé d’attendre, ce à quoi l’Homme a répondu que de toute façon il attendait mon feu vert, quand je serai prête il le serait aussi (lui est clairement partant). Il y a une semaine, j’ai beaucoup discuté avec des filles de sa famille, toutes multi-mamans, et j’avais presque envie d’en faire un tout de suite. Quid de la semaine prochaine ? Vous le saurez dans le prochain épisode de « Maman rose ne sait pas où elle a mal ».

avant-grossesse-7

14 commentaires sur “Questions autour d’un deuxième enfant

  1. Bonjour,
    je ne vous lis pas depuis très longtemps, mais, maman de deux garçons de 2 et 5 ans, j’ai juste envie de vous dire que parfois, il ne faut pas trop réfléchir… 😉
    Quelle que soit votre décision, ce sera la bonne !
    Bon courage

    J'aime

  2. bon, je sais pas trop quels conseils te donner parce que bon il est évident que je suis pas la mieux placée sur ce sujet … c’est sur que l’arrivée d’un deuxième enfant va chambouler l’équilibre que vous avez construit petit à petit … Mais peut être qu’il le chamboulera en bien et que tu te demanderas pourquoi vous ne l’avez pas fait plus tôt ! Mon homme m’a raconté comment à l’arrivée du deuxième, il était dans la même crainte de ne pas l’aimer autant que le premier … mais comme tu le dis très justement, cette question est résolue dès que ça devient concret ! peut être qu’il suffit juste de suivre son instinct et ne pas se poser de question … Enfin, je sais pas, peut être que c’est bien de s’en poser aussi … Je sais pas … Voilà voilà… Te voilà bien avancée avec ça 🙂 (ceci est le commentaire le plus pourri, long et inutile de ta vie, ne me remercie pas)

    J'aime

    1. Ma chérie, tu n’es JAMAIS inutile, sache-le. Ne pas se poser de questions, ça revient beaucoup, et c’est sûrement juste (tu sais que dans la vie j’ai tendance à m’en poser beaucoup trop), le truc c’est que foncer tête baissée, vu la situation que tu connais, ce n’est pas la chose la plus responsable qui soit… En même temps, si on était raisonnables ça se saurait 😉
      Bisous ma belle ♥

      J'aime

      1. Je pense que si on se pose trop de questions, on ne fait jamais d’enfant … Parce que quand tu réfléchis bien, ce n’est jamais raisonnable ou le bon moment ! Peut être aussi que si tu tergiverses tant, c’est que ce n’est pas encore LE moment, TON moment en tout cas… qu’il faut encore que ça mûrisse quelques mois et que ça devienne une évidence pour pouvoir ensuite vivre cette grossesse plus sereinement … Pas facile tout ça en tout cas …

        J'aime

        1. Tu as peut-être raison, si je m’en pose autant c’est que le moment n’est pas venu… Et c’est vrai qu’on n’en ferait jamais si on se posait tout le temps des questions!
          Affaire à suivre 😉

          J'aime

  3. On en avait déjà parlé, je crois qu’il faut que tu te sentes prête dans ta tête, le reste viendra tout seul. Ta grossesse sera peut-être différente, la puce peut aussi très bien réagir à l’arrivée d’un deuxième. Je comprends aussi que financièrement ça coince un peu, mais tu sais on finit par quand même s’en sortir, on fait juste avec moins.
    Ne te mets pas trop de pression et ne t’inquiètes pas, vous avez tous les deux assez d’amour pour deux enfants (ou plus…)
    Mon commentaire non plus ne sert pas à grand chose, juste à te dire que je suis là (enfin bon ça tu le sais déjà) et que je te soutiens, quelque soit votre choix (c’est surtout que l’été prochain, j’adorerai pouponner mais j’aimerai aussi avoir un peu de temps devant moi pour peaufiner ma pratique du tricot!!!!)
    Penses à toi, à ce que tu penses être le mieux pour toi, pour vous trois et laisses parler ton coeur!
    Je t’embrasse bien fort

    J'aime

    1. Oh mais tu me mets grave la pression là! Tu veux pouponner ou tu veux t’entraîner encore au tricot, faut savoir!! 😉
      Je n’arrive pas à savoir si je suis prête, il y a trop d’hormones de grossesse autour, je ne m’entends plus penser… L’autre soir j’ai fait de l’hapto à la copine de super marraine, et de poser les mains sur ce ventre rond… pfff en plus ma puce est venue elle aussi faire un câlin au bébé, comment veux-tu que je garde la tête froide? Pour le reste, tu as raison, comme dit l’homme d’ici neuf mois la situation sera forcément différente (parce que si pas d’amélioration on aura laissé tomber).
      En tout cas merci ma belle, je sais que tu es là, et inversement 😉 Bisous à vous deux ♥

      J'aime

      1. Le but n’était pas de t’aider!!!
        C’est sûr qu’avec tout plein de femmes enceintes autour de toi, c’est un peu dur de savoir où tu en es…Dans neuf mois la situation sera différente, les choses évoluent toujours, il faut croire en la vie. Et puis lancer le projet, ça ne veut pas dire être enceinte tout de suite, du coup ça laisse une marge de manoeuvre….
        Grosses bises et laisses couler un peu. Je suis certaine qu’en y pensant un peu moins tu la trouveras ta réponse.

        J'aime

          1. Pas encore, je le cherche et j’essaye de penser à autre chose (comme une bonne tablette de chocolat). De toute façon c’est soit on pense, soit on compense!!!

            J'aime

  4. Hi hi, à un moment, tu parles d’une petite soeur ! Mais ce sera peut-être un p’tit frère ! 😉
    Sinon, deux ans d’écart, c’est génial pour la complicité dans la fratrie, mais c’est du boulot.
    Trois ans d’écart, tu as toujours une certaine complicité, même s’ils sont moins proches, par contre, l’ainé étant plus autonome, la gestion du deuxième est plus simple (en plus, le grand est scolarisé ou presque).
    Finalement, il n’y a pas de bon moment ! Il y a des avantages et des inconvénients à chaque fois. Ce qui est sûr par contre, c’est qu’à un moment, tu te sentiras prête. Et que c’est à ce moment-là (et pas avant) que tu dois foncer ! Tu le sentiras ! Et j’ai bien l’impression que ça ne va pas traîner 😉 !
    (Et sinon, j’ai une amie qui avait tellement peur de ne pas aimer autant son second et de perdre cette relation particulière qu’elle avait avec lui, qu’elle a attendu 5 ans avant d’avoir le deuxième. Et puis elle s’est rendu compte que l’arrivée du petit frère n’avait pas entaché son amour pour le premier, et n’avait pas abimé leur relation, qui avait simplement évoluée. Au final, 18 mois après, elle attendait le 3ème, et le petit 4ème est né cette nuit alors que le précédent vient de fêter ses 2 ans !)

    J'aime

    1. Oui, mais en fait je sais que ce sera une petite sœur, comme je savais que le premier bébé serait une fille 😉
      Je me suis souvent posé la question de l’écart d’âge, j’ai interrogé plein de mamans, et la conclusion c’est que, comme tu dis, il y a des avantages et des inconvénients à chaque fois. Ce qui joue c’est que j’en voudrais trois, et j’aurais déjà 32 ans l’année prochaine, donc… 😉
      Mais COMMENT on sait qu’on est prête? Hein? je suis perdue lol
      Waouh, ta copine on dirait que ça a bien débloqué les choses le petit deuxième! Comme quoi, tant qu’on n’a pas essayé… 😉
      Merci en tout cas!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s