Mon sixième mois de grossesse

Je vous disais il y a deux jours à quel point cette grossesse file vite. Et, à l’heure de revenir sur mon sixième mois de grossesse, je me demande effectivement où il a bien pu passer.

Ce sixième mois, je l’ai commencé avec un nouveau-né dans les bras. Une jolie crevette d’un mois, d’un peu plus de trois kilos, qui m’a rappelé à quel point c’est petit, un bébé tout neuf. Elle s’est endormie sur moi, j’ai passé une heure à profiter de ce petit bout dans mon cou, et j’ai été prise d’un vertige à la pensée que, bientôt…

Ce sixième mois, c’était un mois actif. J’ai pas mal travaillé à l’atelier de mon homme, j’ai pas mal bougé, bref j’étais en forme ! Je suis dans la meilleure partie de la grossesse, celle qui me fait dire que je voudrais être enceinte toute ma vie. Évidemment, le cap des 6 mois approchant, j’ai un peu levé le pied, et j’ai senti mes limites, mais je m’estime heureuse, même si certains soirs les tiraillements me font parfois payer deux jours sans repos. Malgré tout, la fatigue est bien là, puisque je ne peux pas dormir aux heures où je le voudrais et que les insomnies se font plus fortes.

Côté poids, il faut croire que mon corps est bien réglé puisque j’ai franchi le cap des 6 mois avec 16 kilos de plus au compteur, exactement comme pour ma fille. Même certains vêtements de grossesse sont devenus inconfortables. Sérieusement, qui a eu l’idée de ces bandeaux qui cisaillent pile le milieu du ventre ? Ou alors est-ce moi qui ai un ventre énorme, il est vrai que j’ai parlé à une femme enceinte du même terme et que le sien était deux ou trois fois plus petit… Bref, le test du glucose (mon préféré) n’a révélé aucun diabète gestationnel, je peux donc continuer tranquillement ma route jusqu’au quintal.

Ce sixième mois fut concret, avec le bouclage de la liste de naissance et la dernière visite à ma gynéco. Le mois prochain, c’est la maternité qui prend le relai pour les visites mensuelles, et cette fois encore ce fut étrange de quitter ce cabinet en me disant que je n’y reviendrai pas de sitôt. J’ai donc pris les derniers rendez-vous de contrôle et celui avec l’anesthésiste. Et à nouveau ce vertige en regardant le calendrier…

Car, oui, j’ai réalisé que je terminais mon second trimestre de grossesse, que tout allait aller très vite, et que ce bébé serait bien là dans trois mois, que je le veuille ou non. Pas de prolongation, pas de bouton pause, pas de retour en arrière non plus. Forcément, les jours où la puce me rend chèvre c’est une idée totalement effrayante. Ce sixième mois fut aussi un peu celui des angoisses. Des angoisses fugaces et inopinées, des prises de conscience de tout ce qu’implique cette grossesse. Je vais avoir deux enfants, deux bébés, comment vais-je gérer ça ? Qu’est-ce qui nous a pris ?

En parallèle, je me suis doucement habituée à la perspective d’avoir un petit garçon, même si ça paraît toujours aussi fou. J’ai commencé à faire un petit stock de vêtements, et c’est toujours aussi émouvant de voir ces tout petits habits. La grande sœur les a observés attentivement, intriguée par leur taille. Elle semble intéressée par ce qui se passe, mais pas inquiète. Parfois, elle pose sa main sur mon ventre et dit coucou au bébé, parfois elle pose un jouet sur le « petit fère », un soir il a même eu droit à dix minutes de caresses et de chansons. Et bien sûr dans ces moments-là je fonds !

Ce sixième mois fut un pas de plus dans la prise de conscience. Je ne réalise pas vraiment, encore une fois, que nous allons vraiment avoir un deuxième enfant. Tout juste ai-je réalisé que, oui, je suis enceinte ! Un bébé est là, dans mon ventre, bien présent. On a développé cette connexion lui et moi, cette sorte de communication silencieuse qui rend tout ceci encore plus magique. Plus que la première fois, je la ressens. Ça ne s’explique pas, c’est une expérience unique, qui donne presque un sentiment de puissance incroyable. Quand je pense à lui, il remue, se manifeste, me répond. Et moi je tends l’oreille pour savoir s’il me souffle un prénom…

6ème mois

2 réflexions sur “Mon sixième mois de grossesse

  1. Pas de bouton pause et pourtant parfois on voudrait bien pouvoir suspendre le temps. Tout file à une vitesse incroyable. Et dire que le petit prince sera là dans 3 mois, pour les beaux jours.
    Tu gèreras je ne m’en fais pas. Et ne t’en fais pas. Tu sais tout change tout évolue, ce qu’on croyait impossible devient possible et ce qui paraissait possible devient parfois difficile.
    Grosses bises ma belle et profite un max!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s