Le choix du prénom #2

Cette fois encore, il aura fallu attendre le septième mois de grossesse pour voir le prénom entériné. Pourtant, cette fois nous le tenions dès le départ. Mais il faut croire qu’on n’aime pas faire simple chez les Roses ! Après le récit du choix du prénom de ma fille, voici celui de mon fils…

Je le disais donc, nous avions un prénom de garçon en tête. Depuis des années en fait. Mais cela ne voulait rien dire en soi, puisque le prénom féminin que nous avions avant la puce est passé à la trappe en cours de grossesse. Et puis n’oublions pas que j’étais PERSUADÉE que ce serait encore une fille, autant dire que le sujet n’est pas vraiment venu tout de suite sur le tapis. Au contraire, nous avons très tôt parlé prénoms féminins, et, bizarrement, cette fois nous sommes tombés d’accord immédiatement pour un de ceux qui avaient été éliminés lors de la première grossesse. Et qui n’aura décidément pas eu sa chance avec nous…

Bref, le jour de la découverte du sexe du bébé, nous avons pour la première fois prononcé ce prénom entre deux « non mais tu te rends compte ? ». Sur un ton interrogatif et timide, puis affirmatif et enthousiaste. C’était un peu tôt pour du définitif, mais il était clair que nous étions toujours d’accord sur celui-là.

Mais, avec l’affirmation, la question est venue. On ne pouvait guère l’ignorer. Ce prénom, il n’est pas hyper courant. Pas rare, mais suffisamment peu utilisé pour que l’on se la pose. Comment allait réagir ma marraine à son annonce ? Le problème était que son ex portait ce prénom. Quelqu’un avec qui elle avait vécu de nombreuses années, et avec qui la rupture avait été difficile.

Alors, sans prononcer le prénom que nous gardions pour nous, j’ai posé la question à la terre entière. Sauf à la principale intéressée bien évidemment. Tu ferais quoi, toi ? La plupart m’ont affirmé que cela ne poserait pas de problème. Je les croyais à moitié. Et ma grossesse défilait sans que je parvienne à prendre mon courage et mon téléphone à deux mains pour me débarrasser de la question une bonne fois pour toute.

A 7 mois de grossesse, la question était toujours en suspens. Nous avions même choisi un prénom de secours, au cas où. Un prénom qui nous plaisait à tous les deux, certes, mais un plan B. Parce qu’à mesure que montait ma peur la certitude s’installait. Nous ne voyions pas notre fils s’appeler autrement. Comment l’expliquer ? Une amie m’avait dit pour ma fille que le bébé allait me souffler son prénom. J’aime cette idée… Il est clair en tout cas que nous avions choisi un prénom un peu fort, à l’image de ce que nous ressentions d’elle. Cette fois, je sentais ce petit garçon si doux, et ce prénom tellement fait pour lui.

Lorsque j’ai posé la question à ma marraine, en larmes, elle a ri. Elle a compris avant que j’achève ma phrase en réalité. « Tu veux l’appeler comme ça ? » Elle s’en fichait royalement. Elle en a croisé des hommes portant ce prénom, depuis. Et puis elle trouve ça très joli. Bref, comme souvent, je me suis monté la tête pour pas grand-chose.

Voilà, le prénom était choisi. Nous l’avons dit à la grande sœur, qui a lâché le morceau dès le lendemain, heureusement sans que personne ne comprenne. Nous avons commencé à le prononcer, à le dire au bébé, chaque jour… Quelle sensation étrange ! Comme pour la puce, cela m’a paru assez irréel. Je crois que tant que je n’ai pas mon bébé dans les bras je n’arrive pas vraiment à l’appeler par son prénom.

Aujourd’hui, je sais que nous ne pouvions pas l’appeler autrement. Ce prénom de secours… non, cela n’aurait pas été totalement lui. C’est un choix difficile pour les parents, la peur de se tromper est immense. Mais, au fond, je crois bien qu’en effet le bébé nous guide vers ce qui lui conviendrait. Quand je vois ce grand gaillard doux comme un agneau, quand je l’imagine adulte, je sais que c’est ce prénom-là, et pas un autre, qu’il lui fallait.

10 réflexions sur “Le choix du prénom #2

  1. Oh bah ça donne envie de le connaitre ce prénom!!!
    Sinon je suis bien d’accord : tant que bébé n’est pas dans nos bras il est difficile de lui donner son prénom, de se représenter tout cela. Pour autant dès que j’ai eu mes filles dans les bras leurs prénoms sont restés cette évidence et ils leur vont très bien.

    J'aime

    1. Oui, c’est dingue, on a beau être sûrs de notre choix, tant que le bébé n’est pas là ça sonne bizarrement de prononcer un prénom à haute voix… Enfin nous c’est clair qu’on a eu besoin de voir nos enfants pour y arriver naturellement!

      J'aime

  2. Moi je l’adore ce prénom. CA lui va trop bien en plus à ce petit bout de soleil!
    Bizarrement je le sentais que la marraine allait approuver.
    Un gros câlin au petit prince. Et bises à sa grande soeur qui a un prénom épatant aussi!

    J'aime

  3. J’aime la façon dont tu racontes ce choix difficile qu’est celui du prénom. On croit avoir trouvé, on se questionne encore jusqu’à cette évidence qu’on a peur de dévoiler (et si les autres n’aimaient pas?).
    Finalement notre évidence est évidente pour tout le monde!

    J'aime

    1. En fait, ce n’est même pas la peur que les autres n’aiment pas, c’est juste pénible je trouve d’avoir des réflexions systématiquement, du genre « oh, moi j’en connais un qui s’appelle comme ça, c’est un vrai con! » lol Je suis sûre qu’on peut te dégoûter d’un prénom, à force. Et puis, une fois qu’il est là, comme tu dis c’est évident pour tout le monde, c’est pour ça qu’on a toujours gardé le secret jusqu’au bout 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s