Faire le deuil de l’enfant imaginaire

Je suis au volant. Au bout du chemin, une maison. Je me gare devant, je suis arrivée chez moi. Je sors de la voiture et m’avance dans le jardin, laissant la maison sur le côté. Une déclivité du terrain me révèle alors la scène.

Poursuivre la lecture de « Faire le deuil de l’enfant imaginaire »

Bilan du premier cycle d’essais

28 juillet :

Le mois de juillet s’achève, et avec lui le premier cycle d’essais. Bien évidemment, il y a des choses que je n’avais pas prévues (oui, ça va, vous pouvez vous moquer !) :

« Je pense au mariage du matin au soir, et même la nuit. Tant mieux, je ne deviendrai pas une psychopathe de l’ovulation, mes pensées sont toutes bookées. » Ben voyons…  Je ne me doutais pas que j’arriverais tout de même à me focaliser sur une éventuelle grossesse. Peut-être même plus que sur les préparatifs du grand jour. Conclusion : mon cerveau a des capacités hors normes quand il s’agit de prise de tête, et je suis une psychopathe de la fécondation, doublée d’une bridezilla.

Poursuivre la lecture de « Bilan du premier cycle d’essais »

Juillet : lancement des hostilités

Je vous l’avais dit, les essais sont programmés pour le mois d’août. C’est-à-dire à peu de choses près pour mon mariage, ce qui n’était pas du tout prévu par contre ! Ce qui l’était encore moins, c’est que notre patience allait s’étioler à ce point. Enfin, la sienne, parce que la mienne on se doutait bien qu’elle serait limitée !

Poursuivre la lecture de « Juillet : lancement des hostilités »

L’avant : un goût de fin et de renouveau à la fois

IMG_74271 Quand j’ai ouvert ce blog je pensais avoir mille choses à dire. Ce projet de grossesse est constamment présent dans mon esprit, les réflexions sont innombrables et les sujets jamais taris. Et pourtant je peine à écrire des articles cohérents. Peut-être parce que beaucoup trop de choses se bousculent dans ma tête, et que le fil directeur est encore ténu. Je pars dans tous les sens, les phrases arrivent toutes en même temps, et refusent de s’ordonner, ou bien elles n’arrivent pas du tout. C’est que parfois je ne saurais décrire avec des mots la manière dont je vis ces semaines préconception.

Je suis dans un état d’esprit plutôt étrange, entre l’impatience et l’inquiétude, entre la sérénité et le sentiment diffus de n’être pas encore tout à fait arrivée à bon port. Je suis dans l’avant. L’avant grossesse, l’avant bébé, l’avant adulte même. Tout prend un goût de nouveauté et de dernière fois.

Poursuivre la lecture de « L’avant : un goût de fin et de renouveau à la fois »

Juin : vaccin, calcium et autres considérations

Nous voici déjà à la moitié du mois de juin, soit à environ deux mois des premiers essais. Le temps passe vite, et en même temps je trépigne d’impatience. L’idée a été émise d’avancer un peu l’échéance, mais finalement abandonnée pour plusieurs raisons.

L’une d’entre elles est que je me suis faite vacciner contre le trio diphtérie-tétanos-polio, et contre la coqueluche du même coup. J’ai appelé ma gynéco car j’avais oublié de lui poser la question, elle m’a dit que c’était indispensable, d’autant qu’il y a des épidémies de coqueluche apparemment. Cela ne m’empêche pas d’être enceinte, mais elle m’a parlé d’un petit délai de sûreté (pour la coqueluche surtout), et comme ça ne bouleverse pas nos plans ça ne coûte rien ! Au passage j’ai appris que l’homme devrait lui aussi se faire vacciner, il est ravi.

J’achève bientôt mon premier mois de vitamines B9, que j’ai prises avec une constance à toute épreuve. Le traitement suivi correctement le plus long de mon existence. Par contre côté calcium c’est le fail absolu : j’ai beau essayer je n’y arrive pas. Deux yaourts spéciaux couvrent les besoins journaliers, mais c’est au-dessus de mes forces je crois. Changer d’habitudes alimentaires n’est pas chose aisée. Du coup quand je suis allée voir le médecin pour le vaccin, j’ai craqué et opté pour la solution de la paresseuse : « Dites, le calcium, ça existerait pas en cachets par hasard ? ». Alléluia, ça existe. Une gélule et c’est réglé. Bon, je me suis dit que j’allais quand même essayer d’absorber mes 1000 mg de calcium chaque jour, quitte à faire un complément en cas de raté. Quand je serai enceinte par contre, et si j’en crois mon bouquin qui parle de doubler les apports, il est clair que je n’y arriverai pas sans complément.

Sinon je ronge mon frein pour acheter des livres sur la grossesse. Il est un peu tôt, pas vrai ? Pour compenser j’ai pris le hors-série Famili. Ouais, mon premier magazine de mère. Ça fait tout drôle. Et j’ai fait le plein de fruits de mer et de poisson cru lors de mes vacances. Une bonne chose de faite !

Fille ou garçon?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours imaginé que j’aurais des filles. Allez savoir pourquoi. Au fil des années, j’ai eu quelques « confirmations », à la faveur de dons divers et variés, sans avoir à poser la question, qui est loin d’être cruciale. Bref, je suis peut-être conditionnée par différentes choses, toutes plus triviales les unes que les autres, notamment le fameux « dans la famille on ne sait pas faire les zizis ». Tout ceci est sans fondement aucun.

Poursuivre la lecture de « Fille ou garçon? »

Où poser le berceau…

Je rentre d’un petit séjour au bord de la mer, dans une ville où j’ai vécu et où j’ai été heureuse. Vous le savez, j’habite depuis quelques mois dans un petit village paisible. Nous y sommes très bien, mais il n’empêche que la mer nous manque parfois. L’espace d’un instant, je me suis dit « et pourquoi pas ? ». Pourquoi ne pas redescendre, retourner sur la côte que nous aimons tant ?

Poursuivre la lecture de « Où poser le berceau… »