Faire le deuil de l’enfant imaginaire

Je suis au volant. Au bout du chemin, une maison. Je me gare devant, je suis arrivée chez moi. Je sors de la voiture et m’avance dans le jardin, laissant la maison sur le côté. Une déclivité du terrain me révèle alors la scène.

Poursuivre la lecture de « Faire le deuil de l’enfant imaginaire »